BFM Business

Fraude fiscale: le président du Bayern Munich condamné à de la prison ferme

Uli Hoeness, ici en 2012, a fraudé pour plus de 27 millions d'euros.

Uli Hoeness, ici en 2012, a fraudé pour plus de 27 millions d'euros. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Pour avoir fraudé le fisc de près de 28 millions d'euros, Uli Hoeness a été condamné à une peine de prison de trois ans et demi par le tribunal de Munich. Il annonce ce vendredi 14 mars sa démission du prestigieux club de football allemand.

Au lendemain de sa condamnation, Uli Hoeness a publié un communiqué dans lequel il annonce démissionner de son poste de président du Bayern Munich. Il indique également renoncer à se pourvoir en cassation, acceptant de facto d'exécuter sa peine de prison.

Hier, jeudi 13 mars, Uli Hoeness a été condamné à une peine de prison de trois et demi par le tribunal de Munich, soit un peu moins que la peine requise par le parquet, qui s'élevait, elle, à cinq ans

En cause: la non-déclaration de revenus boursiers réalisés en Suisse dans les années 2000. D'abord estimé à 3,5 millions d'euros dans l'acte de renvoi, le préjudice fiscal a été réévalué finalement à 27,2 millions d'euros au fil des témoignages.

L'accusé avait admis au premier jour de son procès avoir une dette fiscale de plus de 18 millions d'euros. Ce montant a encore été révisé à la hausse après les révélations d'une enquêtrice fiscale au deuxième jour du procès.

Un acte de repentance tardif

Uli Hoeness, 62 ans, s'était lui-même dénoncé au fisc le 17 janvier 2013 pour se mettre en règle à moindre frais. Il avait alors remboursé 10 millions d'euros. Mais cet acte de repentance a été jugé trop tardif par le parquet de Munich.

La justice est convaincue qu'il se savait sur le point d'être démasqué, notamment par la presse qui a d'ailleurs révélé l'affaire quelque temps après.

Malgré ses déboires judiciaires, il a jusqu'ici conservé ses fonctions au sein du club le plus titré d'Allemagne et reçu le soutien indéfectible des actionnaires, des dirigeants et des fans.

J.M. avec AFP