BFM Business

France Télévisions: Delphine Ernotte abat ses premières cartes

La nouvelle patronne a débauché l'ancien numéro deux de Canal plus, Rodolphe Belmer

La nouvelle patronne a débauché l'ancien numéro deux de Canal plus, Rodolphe Belmer - Eric Piermont AFP

Le nouvelle patronne a pris ses fonctions ce week-end à la tête des chaînes publiques. Elle a notamment annoncé la création d'une chaîne d'information en continu dans un an.

Delphine Ernotte a pris samedi 22 août ses fonctions de présidente de France Télévisions. Et s'est exprimée pour la première fois ce lundi 24, devant les 150 principaux cadres, ainsi que dans une interview au Monde.

La surprise du jour est l'arrivée de Rodolphe Belmer, qui "va créer et animer un comité d'orientation stratégique composé de personnalités extérieures", une sorte de boîte à idées. L'ancien directeur général de Canal Plus va se limiter à une mission de conseil extérieur, et il n'est pas prévu qu'il rejoigne l'état major, précise-t-on à France Télévisions.

Une chaîne d'information en continu dans un an

Par ailleurs, Delphine Ernotte a confirmé vouloir lancer une chaîne d'information en continu en septembre 2016. Cette chaîne sera "accessible sur les supports numériques. Pour la diffusion plus traditionnelle, il y a plusieurs possibilités, je les étudierai", a précisé la nouvelle patronne.

En outre, Delphine Ernotte a présenté son organigramme "paritaire" entre homme et femmes. Côté emploi, elle assure: "la question des effectifs se posera, mais, vu les réformes engagées, un nouveau plan de départs n'est pas mon intention".

Enfin, la nouvelle patronne veut aussi rapprocher les contenus de la gestion et du numérique: "aujourd'hui, les gens qui s'occupent des programmes et de l'économique sont séparés. Ils ne doivent pas être détachés. Les chaînes seront des business units". De même, "l'antenne et le web ont été construits à côté. Il faut les englober et que la greffe prenne".

Elle a annoncé le lancement d'assises d'octobre à décembre pour recueillir l'avis du personnel et préparer un plan stratégique pour fin décembre. 

Le nouvel état major

Caroline Got, ex-DG de TMC et NT1, devient directrice générale déléguée à la stratégie et aux programmes, un poste de facto de numéro 2.

Laetitia Recayte, ex-directrice de la distribution du groupe de production Newen, devient directrice commerciale et chapeautera les trois filiales commerciales (Multimédia France Production, France Télévisions Distribution et France Télévisions Publicité).

Vincent Meslet, ancien directeur éditorial d'Arte, devient patron de France 2

Dana Hastier est confirmée à la tête de France 3

Tiphaine de Raguenel est confirmée à France 4

Michel Field prend la direction de France 5.

Michel Kops dirigera le réseau Outre-mer 1ère et France Ô, dont Gilles Camouilly demeure directeur de l'antenne et des programmes.

Pascal Golomer est confirmé comme directeur de l'information, dont il était auparavant numéro 2. A côté de cette promotion interne, arrive aussi pour l'épauler un ancien de TF1, Germain Dagognet, ex-rédacteur en chef des JT du week-end de la chaîne privée, mais qui a été aussi dans sa jeunesse chargé de communication du cabinet de Lionel Jospin alors dirigé par Olivier Schrameck, actuel patron du CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel).

Frédéric Olivennes deviendrait patron de la filiale France Télévisions Distribution, chargée de la vente des programmes

Le projet de chaîne d'information en continu

Dans son projet présenté au CSA, Delphine Ernotte écrit:

"L'information et sa qualité sont devenues des enjeux majeurs pour notre société. Dans un monde connecté à tous les niveaux, où une information chasse l'autre, avec le relais des réseaux sociaux et d'Internet, il est de la responsabilité éthique et morale de l'audiovisuel public de sortir de cette logique du buzz permanent pour garantir à l'audience une information de qualité. L'enjeu est de passer d'une logique d'information continue à un objectif d'information permanente. Celle-ci visera à sortir de la dictature de l'urgence, en maîtrisant mieux le rythme et en redonnant du sens au temps. A partir d'une exigence de haute qualité de l'information, il est possible de donner toute sa place à une chaîne de la compréhension. Cette chaîne ne sera pas similaire à l'offre existante, car elle visera autant l'information que sa mise en perspective.

Le projet d'information par le numérique est l’opportunité de faire émerger une chaîne de compréhension pour dépasser l’émotion. France Télévision a d’ores et déjà lancé un projet s’appuyant sur l’existant Francetvinfo dans le cadre du projet « Info 2015 » que je tiens à poursuivre. L’information fait partie des missions premières de France Télévisions qu’elle assure avec ses moyens propres, ses journalistes. C'est à partir de ses ressources que France Télévisions doit innover.

L'entreprise dispose de partenaires incontournables pour y parvenir. En s'alliant avec France Média Monde et Radio France, il est possible d'élaborer un projet unique de niveau international. En s'articulant avec l'INA, elle est en mesure de disposer de ressources historiques pour mettre en perspective l'actualité. La question de sa diffusion à l'antenne se posera en étudiant plusieurs possibilités : réorientation d'un canal existant, priorité donnée à l'information dans la programmation d'une chaîne actuelle ou maintien d'un tout-numérique. Après le temps de la réflexion et de l’analyse, le projet sera intégralement présenté au CSA avant la fin de l’année 2015 avec l’objectif, s’il venait à être validé, d’une mise à l’antenne en septembre 2016".

Jamal Henni avec AFP