BFM Business

Fiscalité: le PSG pourra-t-il garder David Beckham?

David Beckham souhaiterait prolonger son aventure au PSG, mais la fiscalité française pourrait le freiner.

David Beckham souhaiterait prolonger son aventure au PSG, mais la fiscalité française pourrait le freiner. - -

La star anglaise du PSG pourrait bien prolonger son contrat d'un an. Du coup, les dirigeants du club ont entamé des négociations avec l'administration fiscale française, pour que le joueur ne soit pas considéré comme résident fiscal français.

C’est une demi-surprise: David Beckham a convaincu les dirigeants du PSG, sur et en dehors du terrain. Du coup, ces derniers seraient en train de préparer un nouveau contrat pour l’Anglais, l’actuel se terminant en juin.

Le joueur serait enthousiaste à l’idée de rester dans la capitale une année de plus. Seul problème, et non des moindres: la fiscalité à laquelle il sera soumis.

Aujourd'hui, le problème ne se pose quasiment pas: David Beckham est domicilié à Londres, et a signé un contrat de cinq mois. En outre, l’ex-capitaine de l’équipe d’Angleterre ne perçoit qu’un modeste salaire (31.000 euros bruts par mois, alors que le salaire moyen en Ligue 1 est de 45.000 euros). Le "reste" (plusieurs centaines de milliers d’euros par mois) est directement versé à une association. Le tout lui permet de ne pas payer d’impôts en France.

Près de 35 millions d'euros de revenus annuels

Mais cette situation devrait changer l’an prochain, si David Beckham reste effectivement au PSG. Outre le fait que la star ne serait pas encline à demeurer –quasiment- bénévole une année supplémentaire, la question de sa domiciliation fiscale pourrait poser problème.

C’est d’ailleurs l’objet des négociations se déroulant actuellement entre les dirigeants parisiens et l’administration fiscale française. Car les revenus de la star, cumulés, s’élèvent à près de 35 millions d’euros par an.

"Il est très possible que la direction du PSG tente d’obtenir la confirmation David Beckham resterait toujours domicilié au Royaume-Uni et non en France pour que ses revenus de source étrangère ne soient pas taxables en France", selon Michel Collet, avocat fiscaliste chez CMS Bureau Francis Lefebvre. Une tentative qui pourrait bien aboutir, selon le spécialiste: "le débat serait tranché probablement au regard du critère si lede la localisation du centre de ses intérêts vitaux qui devrait probablement rester au Royaume-Uni en application de la convention fiscale."

La vie des Beckham mise en scène par souci d'optimisation fiscale?

Il faut pour cela que le centre de ses intérêts économiques soit hors de France : c’est a priori le cas, puisque les revenus de la star –essentiellement publicitaires- proviennent en grande majorité de l’étranger.

Deuxième critère: le centre de ses intérêts personnels doit être également hors de France. Là encore, le doute n’est pas permis: les allers-retours du couple Beckham entre Londres et Paris sont régulièrement relayés par les médias, voire mis en scène par le club.

Les négociations entre ce dernier et l’administration française devraient donc aboutir, et l’Anglais rester au PSG, en passe de devenir une place forte du football européen.

Yann Duvert