BFM Business

Euro Disney toujours pénalisé par la crise

Le chiffre d'affaires d'Euro Disney a baissé de 6,3% d'octobre à décembre à 2013.

Le chiffre d'affaires d'Euro Disney a baissé de 6,3% d'octobre à décembre à 2013. - -

Le célèbre parc d'attractions parisien a publié un chiffre d'affaires en recul de 6,3% au premier trimestre de son exercice 2013-2014. La faute à une baisse de la fréquentation chez les visiteurs venant de pays européens touchés par la crise.

Euro Disney souffre toujours de la conjoncture. Le groupe qui gère le célèbre parc d'attraction de Marne-la-Vallée, a publié, ce mardi 4 février, un chiffre d'affaires à 306 millions d'euros, en baisse de 6,3% au premier trimestre de son exercice débuté en octobre dernier.

Cette diminution des revenus du groupe s'explique d'abord par la baisse du chiffre d'affaires des parcs à thème du groupe. Il recule de 3% à 172,9 millions d'euros, reflétant une diminution de 7% de la fréquentation, notamment du nombre de visiteurs français, espagnols et hollandais, précise le groupe dans un communiqué.

"La baisse de fréquentation n'est pas globale, elle est particulièrement forte sur les pays les plus touchés par la crise. En 2013, l'Italie, la France et l'Espagne ont compté pour 95% de la baisse des volumes", avance Philippe Gas, le PDG d'Euro Disney.

Stratégie de hausse des dépenses

Outre les deux parcs à thèmes, l'activité des hôtels et du Disney Village baisse également de 6%, à 122,4 millions d'euros, avec une chute de 9,6 points du taux d'occupation.

Point positif toutefois: les dépenses moyennes par visiteur dans les parcs et les hôtels augmentent respectivement de 4% et 6%. Ces derniers chiffres résultent de la stratégie du groupe qui a choisi de faire monter la dépense individuelle par pallier la baisse de la fréquentation.

"Nous avons investi presque plus de 500 millions d'euros depuis 3 ans et demi dans la rénovation et les nouveaux produits. Nous avons refait près de la moitié de notre parc hôtelier", a expliqué Philippe Gas.

"Nous en voyons les résultats depuis deux ans et demi, mais il y a aujourd'hui un vrai phénomène d'accélération", a-t-il ajouté, faisant valoir un niveau de consommation individuelle "record pour un premier trimestre".

Une attraction basée sur "Ratatouille"

Philippe Gas se montre "optimiste mais prudent" pour l'année 2014, notant une "bonne tendance" en janvier.

Par ailleurs, le groupe mise sur le succès d'une nouvelle attraction inspirée du film d'animation Ratatouille, qui doit ouvrir au début de l'été 2014. Il s'agit du "plus gros produit de développement du parc depuis au moins sept ans", selon le patron d'Euro Disney.

J.M. avec AFP