BFM Business

Droits TV: Roland-Garros ne trouve pas preneur

Roland-Garros a révalorisé ses droits TV, notamment pour financer son extension.

Roland-Garros a révalorisé ses droits TV, notamment pour financer son extension. - -

L'appel d'offres pour la diffusion du tournoi s'est révélé infructueux, a-t-on appris ce jeudi 10 octobre. Seuls France Télévisions et Eurosport y ont répondu, sans toutefois atteindre le prix de réserve fixé.

Le légendaire tournoi de Roland-Garros peine à se trouver un diffuseur.

Au terme de l'appel d'offres pour la période 2014-2018, ce jeudi 10 octobre, aucune chaîne n'a en effet répondu de manière satisfaisante, a indiqué Gilbert Ysern, le directeur général de la fédération française de tennis (FFT) et du tournoi.

"Etonnamment, sur 10 candidats, nous n'avons eu que deux offres", a-t-il déclaré, visiblement déçu. Seuls Eurosport et France Télévisions ont ainsi formulé des propositions, en deça du prix de réserve fixé.

Un deuxième tour sera donc organisé. "On va essayer de comprendre pourquoi on a perdu huit candidats en route", a lancé Gilbert Ysern. "On va revoir notre copie, on ne s'interdit rien".

En colère contre France Télévisions

Durant l'appel d'offres, trois lots étaient à disposition des chaînes.

Le premier, à destination des chaînes payantes, concernait la diffusion de l'ensemble des matchs. Alors que l'on attendait BeIN Sport, voire Canal Plus, seul Eurosport a fait une proposition "très loin du prix de réserve", fixé à 15 millions d'euros.

Le deuxième, réservé aux chaînes gratuites, ouvrait droit aux matchs sur les trois courts principaux à partir de 15 heures. Cette fois, France Télévisions s'est retrouvé seul en lice, formulant une offre "pour l'ensemble du tournoi, loin du prix de réserve, et inférieure au montant" dont le groupe s'acquittait jusqu'alors.

Ce qui a eu le don de provoquer la colère de Gilbert Ysern: "je n'ai pas eu l'impression de recevoir le courrier d'un partenaire", a-t-il lâché en conférence de presse.

Les droits de Roland-Garros sous-valorisés

Le troisième, qui concernait la diffusion sur les mobiles et les tablettes, contenait les matchs des cinq courts majeurs. Il n'a pas non plus été attribué.

La fédération française de tennis a, depuis longtemps, fait savoir qu'elle entendait revaloriser les droits du tournoi français le plus prestigieux. L'extension de Roland-Garros s'avère en effet très coûteuse, et la course aux dotations engagée par les autres tournois du Grand Chelem n'arrange pas les choses.

De leur côté, les droits TV de Roland-Garros sont considérablement inférieurs à ceux des trois autres tournois "majeurs" (de quelque 30 millions d'euros à Wimbledon jusqu'au double pour l'US Open).

Yann Duvert