BFM Business

Coupe du monde de rugby: ce que la pub a rapporté à TF1 et Canal+

Les investisseurs et les diffuseurs ont profité des horaires avantageux de la Coupe du monde, qui s'est déroulée en Angleterre.

Les investisseurs et les diffuseurs ont profité des horaires avantageux de la Coupe du monde, qui s'est déroulée en Angleterre. - Adrian Dennis - AFP

Les investissements publicitaires des annonceurs ont explosé par rapport à la précédente édition. Une aubaine pour les deux diffuseurs français.

La Coupe du monde de rugby est finie, au grand regret des annonceurs. Car ces derniers ont véritablement lâché les chevaux durant l’événement, avec des investissements publicitaires largement supérieurs à la précédente édition.

Selon les données collectées par Kantar Media, le montant brut (hors remises éventuelles) de ces investissements a atteint 67,4 millions d'euros, contre 27,8 millions lors de la Coupe du monde 2011.

L’une des raisons de cette explosion est simple: il y a quatre ans, la compétition s’était déroulée en Nouvelle-Zélande, impliquant un décalage horaire de 12 heures. Ayant lieu cette année en Angleterre, l’événement a donc plus facilement rempli les caisses de TF1 et Canal Plus, les deux diffuseurs français.

Le montant total de ces investissements peut ainsi donner une indication sur la rentabilité de la compétition pour les deux chaînes puisque les droits ont été acquis, selon Le Figaro, pour 45 millions d’euros par TF1. La Une a ensuite revendu certains matchs à la chaîne cryptée pour 13 millions d’euros.

La FDJ, plus gros annonceur de la compétition

Côté annonceurs, on remarque également une différence par rapport à 2011: si le secteur automobile est toujours omniprésent avec 26% des 1.048 spots publicitaires diffusés, Renault n’est plus numéro un. Cinq marques automobiles figurent néanmoins dans le top 10 (Peugeot, Citroën, Ford Volkswagen, Renault).

En 2015, c’est la FDJ qui a le plus investi, avec 2,7 millions d’euros, devant Samsung (2,6 millions) et Peugeot (2,5 millions).

-
- © Kantar Media
Yann Duvert