BFM Business

Comment Filippetti veut sauver les librairies indépendantes

Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture, a annoncé un plan d'aide en faveur des librairies indépendantes, lundi 25 mars.

Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture, a annoncé un plan d'aide en faveur des librairies indépendantes, lundi 25 mars. - -

La ministre de la Culture a annoncé plusieurs mesures en faveur des librairies indépendantes, lundi 25 mars. Neuf millions d'euros devraient rapidement être injectés dans le secteur.

Au terme de plusieurs mois de consultation, le gouvernement a dégainé son plan d’aide à la librairie indépendante. A l’occasion de la fin du salon du Livre, lundi 25 mars, Aurélie Filippetti a ainsi annoncé l'injection rapide de neuf millions d'euros destinés aux libraires, un futur fonds de soutien et la prochaine nomination d'un médiateur du livre.

La ministre de la Culture a justifié ces mesures par le fait que "les librairies sont évidemment fragilisées, avec le taux de marge le plus faible" de l'ensemble des commerces de proximité en France. "Si ce réseau se délite, c'est l'ensemble de l'économie de l'édition qui risque d'être mise à mal", selon elle. "Le libraire s'inscrit, comme les bibliothèques, dans le réseau qui permet la création et la diversité éditoriale".

>> A lire aussi - Salon du Livre: le Livre de poche à l'honneur

Le médiateur, "une autorité administrative indépendante"

La ministre a ensuite détaillé ce plan d'aide:

>La nomination d'un médiateur du livre, "une autorité administrative indépendante", qui interviendra dans l'ensemble de la chaîne du livre. Ceci afin de faciliter la conciliation des litiges, sans devoir recourir obligatoirement à des procédures judiciaires longues et coûteuses. En cas d'échec de la conciliation, le médiateur pourra saisir la justice.

Les fonctionnaires du ministère pourront par ailleurs "constater les infractions commises à l'égard du prix unique" du livre papier (loi de 1981) et numérique (loi de 2011) et en informer le médiateur.

>> A lire aussi - Pourquoi les livres numériques restent-ils si chers?

>La création d'un "fonds complémentaire de soutien aux libraires", dont le financement devrait être finalisé "avant l'été", selon elle.

>La mise en place d'un fonds d'avance de trésorerie de cinq millions d'euros destiné aux libraires, sous la responsabilité de l'Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC).

En outre, le dispositif d'aide à la transmission des fonds de librairies sera renforcé avec "quatre millions d'euros supplémentaires alloués à l'Association pour le développement de la librairie de création (Adelc)", a-t-elle ajouté.

Les libraires satisfaits par les annonces ministérielles

Des annonces plutôt bien accueillies par la profession. "Depuis une dizaine d'années, je n'ai jamais vu un ministre proposer autant de mesures actées en faveur du livre", a déclaré à l'AFP Matthieu de Montchalin, président du Syndicat de la librairie française. "Le futur fonds de soutien est la mesure la plus importante à nos yeux".

"Ces mesures vont dans le bon sens", s'est félicité Renny Aupetit, libraire à Paris et l'un des responsables du réseau Librairie.com. "Le rôle de l'Etat n'est pas de subventionner la librairie mais bien de constituer le cadre pour entamer un dialogue avec les fournisseurs qui n'a pas pu exister depuis 30 ans. A nous, la profession, de trouver un modèle pour la librairie".

Y.D.