BFM Business

Combien valait le roi Pelé au sommet de sa gloire?

Pelé a remporté la Coupe du monde 1970 avec le Brésil.

Pelé a remporté la Coupe du monde 1970 avec le Brésil. - AFP

En 1970, la légende brésilienne avait été évaluée à 10 millions de francs. Quelle aurait été sa valeur marchande en 2017?

En dépensant 222 millions d’euros pour s’attacher ses services, le PSG a placé Neymar (largement) en tête du palmarès des joueurs les plus chers de l’histoire.

Pourtant, d’autres stars internationales n’ont jamais eu l’occasion de prouver leur valeur marchande. C’est le cas, par exemple, de Lionel Messi, qui n’a jamais quitté le FC Barcelone. Mais aussi de la légende brésilienne Pelé, dont les exploits se sont déroulés avant l’avènement du foot-business.

Se basant sur des archives de l’époque, Luc Arrondel, chercheur au CNRS et professeur associé à l’École d’économie de Paris, a néanmoins cherché à savoir ce qu’aurait coûté un transfert de la légende brésilienne.

"22 joueurs qui valent 5 milliards"

"Dans son numéro 1102 daté du 19 juin 1970, soit en pleine Coupe du monde au Mexique, Paris-Match publiait une photo du match du groupe C du 7 juin entre le champion du Monde en titre, l’Angleterre, et le futur vainqueur, le Brésil (1-0 but de Jairzinho)", écrit-t-il.

"La légende de cette photo était la suivante: Angleterre-Brésil: 22 joueurs qui valent 5 milliards. Il convient de noter qu’à l’époque, on raisonnait encore en anciens francs, disparus dix ans auparavant: en nouveaux francs, il s’agissait 'seulement' de 50 millions. Tout comme L’homme qui valait trois milliards, célèbre série TV des années 70, ne valait en fait que 30 millions de francs de l'époque".

"Rapportés aux euros d’aujourd’hui (à pouvoir d’achat constant selon l’Insee), ces 5 milliards d’anciens francs équivalent à la somme de 53.389.345 euros. Selon le magazine, les deux équipes ne valaient donc globalement qu’un peu plus de 53 millions d’euros", poursuit-il.

Gordon Banks vaudrait 3,2 millions d'euros

"Les transferts à l’époque étaient rares", rappelle-t-il. "Mais pour se faire une idée, la même année, John Toshack, espoir international gallois de 21 ans, avait été transféré de Cardiff à Liverpool pour environ 110.000 livres, une somme considérée alors comme un très gros transfert. Soit environ 1,5 million d’euros actuels", indique le chercheur.

"Qu’en est-il de la mégastar internationale de l’époque, le génial avant-centre Edson Arantes do Nascimento dit "Pelé"? La cote de ce dernier, âgé de 29 ans au moment de la coupe du Monde, était évaluée à 10 millions de nouveaux francs, soit 10.677.869 euros", affirme-t-il.

En outre, "son adversaire de l'époque, Gordon Banks, 32 ans et considéré comme le meilleur gardien du monde, vaudrait de nos jours 3.203.360 euros (3 millions de francs 1970)". 

"Entre ces deux joueurs, l’histoire retiendra de ce match, nullement ces deux chiffres, mais cette phrase de Pelé devenue légende après une parade mythique du gardien anglais sur un coup de tête du Brésilien : 'J'ai marqué un but, mais Banks l'a arrêté'", rappelle Luc Arrondel.

Et de conclure: "la différence entre le 'prix' entre celui qu’on annonce comme le futur meilleur joueur du Monde, et celui qu’aurait pu avoir à son époque le roi Pelé n’a bien évidemment rien à voir avec la différence de leur talent. Autres temps, autres 'valeurs'".

Luc Arrondel, avec Yann Duvert