BFM Business

Club Med: la stratégie gagnante d'Henri Giscard d'Estaing

Sous l'impulsion de son patron Henri Giscard d'Estaing, le Club Med s'est recentré sur le haut de gamme, une stratégie payante.

Sous l'impulsion de son patron Henri Giscard d'Estaing, le Club Med s'est recentré sur le haut de gamme, une stratégie payante. - -

Le géant du tourisme fait l'objet, ce 27 mai, d'une offre publique d'achat de ses deux principaux actionnaires, Axa Private Equity et Fosun. Tous deux louent le virage stratégique opéré par le patron du groupe vers une montée en gamme.

Le conglomérat chinois Fosun et Axa Private Equity ont lancé une OPA amicale sur le Club Méditerranée, a annoncé le conseil d'administration du groupe lundi 27 mai. Déjà actionnaires, ils veulent soutenir la montée en gamme du club, initié par le PDG Henri Giscard d'Estaing. Un virage réussi.

Le Club Méditerranée n'a aujourd'hui plus rien à voir avec celui des débuts, ses G.O ou gentils organisateurs, et sa clientèle un peu routarde. Désormais, les deux tiers des villages affichent quatre ou cinq "tridents". Le groupe a fait le tri, en investissant 1 milliard d’euros pour rénover ses villages ou fermer ceux qui ne correspondaient pas aux nouveaux standards.

Une rentabilité retrouvée

Luxe personnalisé, services adaptés, le Club Med vise les touristes à fort pouvoir d'achat. La direction le dit elle-même: la clientèle en France se situe dans les 12% de la population la plus aisée. Même le personnel a dû être formé pour s'adapter à ces nouveaux clients, et notamment anglais obligatoire.

Le processus de montée en gamme a mis plus de temps que prévu. La stratégie date de 2004. Mais elle se révèle payante puisque le groupe est rentable depuis deux ans. Et malgré la crise, il annonce aujourd'hui un bénéfice net de 18 millions d'euros sur le premier semestre, en hausse de 7%.

A LIRE AUSSI >> Le Club Med fait l'objet d'une offre de rachat franco-chinoise

|||sondage|||828

Hélène Cornet (texte) & Nicolas Delabareyre (sujet vidéo)