BFM Business

Avenir de l'audiovisuel public: les contre-propositions de France Télévisions

France Télévisions propose de créer un Netflix public européen

France Télévisions propose de créer un Netflix public européen - AFP Jean Ayissi

La PDG de France Télévisions Delphine Ernotte a détaillé ses propositions pour l'avenir du service public. Elles sont moins radicales que les pistes de travail du ministère de la Culture.

Il y a une semaine, le Monde révélait les pistes de réflexion du ministère de la Culture pour l'audiovisuel public à l'horizon 2022: "regroupement des sociétés au sein d'une holding", arrêt de France Ô, arrêt de la diffusion terrestre de France 4 ou du Mouv'...

Mercredi 15 novembre, Delphine Ernotte a présenté à ses cadres ses propres propositions pour l'avenir des chaînes publiques, révélées aussi par le Monde, et qui reprennent les pistes qu'elle avait déjà évoquées dans une tribune.

Moins radical

Sans surprise, le projet de la PDG de France télévisions est bien moins radical. Aucune fusion des structures n'est proposée, mais uniquement des coopérations renforcées sur certains projets. D'une part, avec Arte pour produire des séries ou partager certaines tâches. D'autre part, avec l'Ina (Institut national de l'audiovisuel) sur la formation, la numérisation ou l’archivage.

Toutefois, au niveau régional, Delphine Ernotte propose la création de treize groupements d'intérêt économique (GIE) regroupant les antennes régionales de France 3, France Bleu, les télévisions locales et la presse régionale. Elle plaide aussi pour des programmes communs entre France 3 et France Bleu.

Netflix public européen

Enfin, au niveau européen, la patronne de France Télévisions propose la création d'un "Netflix public européen", mettant en commun les contenus des chaînes publiques du vieux continent. elle reprend ainsi l'idée d'un Netflix européen, qui figurait dans le programme présidentiel d'Emmanuel Macron.

Quant au Netflix français que France Télévisions prépare pour le printemps prochain, Delphine Ernotte propose de "travailler de concert avec les télévisions privées, qu’elles soient gratuites ou payantes, les opérateurs de télécommunications, les plates-formes existantes et les start-up naissantes".

Jamal Henni