BFM Business

Coronavirus: les charges sociales et fiscales d'avril pourront être reportées

-

- - GUILLAUME SOUVANT / AFP

Dans un entretien accordé à Ouest-France, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, a annoncé que les entreprises pourront reporter le paiement des charges sociales et fiscales en avril, comme elles ont déjà pu le faire en mars.

Bonne nouvelle pour les entreprises. Dans un entretien accordé à Ouest France, Gérald Darmanin a annoncé que le report de paiement des charges sociales et fiscales, permis aux entreprises en mars pour résister durant la crise du coronavirus, sera également possible en avril.

"J'ai décidé de donner la possibilité aux entreprises qui en ont besoin de reporter ces échéances pour tout le mois d’avril", a-t-il affirmé. "Il en est de même pour les impôts : comme en mars, les entreprises qui subissent des difficultés financières liées à la crise sanitaire auront la possibilité de demander un report de leurs échéances d'impôts directs", a poursuivi le ministre de l'Action et des Comptes publics.

6,9 milliards d'euros

En mars, ces mesures, ainsi que les possibilités de délais de paiement ou de remboursements accélérés de crédits d'impôt ont été "largement sollicitées", représentant l'équivalent d'environ 6,9 milliards d'euros, a indiqué le ministère dans un communiqué.

"Ces mesures sont destinées aux entreprises et micro-entreprises qui en ont le plus besoin", prévient toutefois le ministère. "Il est important que les entreprises qui le peuvent continuent à participer au financement de la solidarité nationale", ajoute-t-il.

Dans le détail, 530.000 entreprises de moins de 50 salariés ont reporté leur échéance de cotisations sociales dues aux URSSAF le 15 mars, pour un montant de 3,6 milliards d’euros. 80 000 entreprises ont reporté les échéances de cotisations de retraite complémentaire du 25 mars pour plus d’1 milliard d’euros, 460 000 travailleurs indépendants ont vu leur échéance du 20 mars automatiquement reportée, pour un montant de 300 millions d’euros. Enfin, 32 000 entreprises ont pu bénéficier d'un soutien des services de la DGFiP pour un montant de près de 2 milliards d’euros (reports et délais de paiement, remises, remboursements accélérés de crédits d'impôts, etc.)

P.L avec AFP