BFM Business

Le Canal de Panama sera-t-il élargi un jour?

Le but de l'élargissement du Canal de Panama est faire passer des navires transportant jusqu'à 12.000 conteneurs.

Le but de l'élargissement du Canal de Panama est faire passer des navires transportant jusqu'à 12.000 conteneurs. - -

La ministre espagnole de l'Equipement se rend ce 6 janvier au Panama pour tenter de résoudre le conflit entre l'entreprise ibérique chargée d'élargir le canal et les autorités du pays. Le chantier est actuellement au point mort.

L'élargissement du Canal de Panama va-t-il voir le jour ? La ministre espagnole de l'Equipement est arrivée sur place, ce lundi 6 janvier pour débloquer la situation car c'est une entreprise de BTP hybérique, Sacyr, qui est à la tête du consortium chargé du chantier depuis cinq ans.

Un projet que l'entreprise a interrompu, et qu'elle menace de laisser en l'état si Panama refuse de lui payer des surcoûts.

Pourtant, tout aurait dû être terminé pour cette année, à l'occasion du centenaire du Canal. Finalement, il pourrait ne rester qu'un chantier à l'abandon. Sacyr conditionne la reprise des travaux au versement par les autorités panaméennes de plus d'un milliard d'euros pour couvrir des dépenses supplémentaires. Des surcoûts et retards dont il rend responsable le gouvernement du pays.

Des désaccords d'entrée de jeu

Dès le début des travaux, en 2009, tout est allé de travers. Durant des mois, les désaccords se sont multipliés, d'entrée de jeu, sur la qualité du ciment à employer. Car pour le consortium, les études géologiques avaient été bâclées. Puis les mauvaises surprises se sont accumulées, sur des sujets aussi divers que la climatologie ou encore la fiscalité.

De son côté, Panama refuse d'assumer un tel surcoût. Les travaux d'élargissement du canal par lequel transite aujourd'hui 5% du commerce maritime mondial pourraient, dans le meilleur des cas, aboutir l'an prochain. Le but est notamment de pouvoir y faire passer des navires transportant jusqu'à 12.000 conteneurs. Le triple de la charge actuelle.

Guillaume Paul & BFMbusiness.com