BFM Business

Vers une régulation des Bitcoins aux Etats-Unis?

Les bitcoins sont dans le collimateurs des autorités américaines.

Les bitcoins sont dans le collimateurs des autorités américaines. - -

La monnaie virtuelle, les Bitcoins, pourraient être prochainement régulés aux Etats-Unis. Les autorités américaines voudraient éviter qu'elles servent des intérêts illégaux, comme le blanchiment d'argent.

Le Bitcoin est dans le collimateur des autorités américaines. Le Bitcoin, c'est cette monnaie virtuelle, électronique et décentralisée qui s'arrache sur internet. Selon le Financial Times de ce mercredi 8 mai, l'un des principaux organismes de régulation aux USA, la CFTC, réfléchit sérieusement à réguler cette monnaie.

Selon la Commodity Futures Trading Commission, elle peut représenter un risque pour ses utilisateurs. "Cette technologie pourrait faire le bonheur de ceux qui voudraient blanchir de l'argent", souligne Benoit Flamand, directeur de gestion chez Fourpoints Investment Managers dans Intégrale Bourse ce mercredi.

Des propriétaires et destinataires anonymes

Comme on peut le lire sur le site internet de la monnaie virtuelle, "toutes les transactions Bitcoin sont publiques, mais les propriétaires et les destinataires de ces transactions restent inconnus". Cette monnaie, qui se veut "libre de toute influence politique ou de toute économie nationale", est dénoncée comme une aubaine pour les organisations mafieuses par certains analystes.

Réservée aux seuls "geeks" il y a encore quelques mois, son usage se démocratise. Aujourd'hui, plusieurs dizaines de millions de Bitcoins s'échangeraient sur la plateforme dédiée. Pour Benoit Flamand, les autorités ne laisseront pas passer beaucoup de temps avant d'encadrer cette manne. C'est, selon lui, le schéma classique pour toute nouvelle technologie dont se saisit ce qu'il appelle la "mouvance libertaire sur internet", a fortiori quand il s'agit de faire se rencontrer "la technologie et l'argent".

>> A lire aussi - Pourquoi investir dans le bitcoin n'est pas si rentable?

N.G. et BFM Business