BFM Business

Quand la BCE se met aux jeux vidéos

Voici les conseillers de la BCE, caricaturaux, dans le jeu "Economia"

Voici les conseillers de la BCE, caricaturaux, dans le jeu "Economia" - -

La Banque centrale européenne va être à la une de l'actualité économique, jeudi 2 mai, à l'occasion de sa réunion mensuelle où elle pourrait enfin abaisser ses taux. Pour permettre au public de comprendre son action, l'institution dirigée par Mario Draghi a mis à la disposition des internautes trois jeux éducatifs...

La Banque centrale européenne sera à la une de l'actualité, jeudi 2 mai. L'institution présidée par Mario Draghi devrait tenter de provoquer un électrochoc pour l'économie européenne en baissant son taux directeur à 0,50%.

Si vous ne comprenez pas pourquoi la BCE pourrait prendre une telle décision, alors vous avez toujours la possibilité de jouer à l'un des trois jeux vidéo éducatifs, disponibles sur le site de l'institution. La Banque centrale européenne a conçu trois "serious games" pour permettre au grand public de mieux comprendre son action.

> Economia, le jeu où vous devenez Mario Draghi

 Voici le conseiller du jeu qui est un brin fayot (BCE)

Ce jeu, qui date de 2011, vous propose ni plus ni moins que de prendre la place du gouverneur de la BCE, et de gérer la politique monétaire, en augmentant ou en abaissant, chaque mois, le taux directeur.

Vous devez ainsi respecter un objectif principal: maintenir l'inflation sous les 2%, et veiller à la stabilité des prix. Mais ce n'est pas tout: il vous faudra vous efforcer de maintenir le chômage à un niveau faible, soutenir la croissance, et éviter une baisse des prix. Rien que cela.

Pour y arriver, le jeu vous propose de consulter chaque mois les titres de la presse, et les indicateurs économiques (croissance de la masse monétaire, évolution de la production, chômage, etc…). Et, surtout, vous devrez prêter une oreille attentive à vos conseillers. Chacun a son caractère, qui va de la jeune femme lunaire jusqu'au fayot, en passant par la grand-mère aux sages conseils.

Assez difficile, ce jeu a un mérite: il illustre assez bien le dilemme de la BCE, qui doit à la fois veiller à la stabilité des prix mais aussi prendre en compte la croissance et le chômage.

> Top Floor, du rez-de-chaussée jusqu'à la réunion de la BCE

L'économiste française se targue d'être écologiste (BCE)

Lancé le 17 avril, ce titre est le dernier-né des jeux éducatifs de la BCE. Vous y incarnez, en quelque sorte, le stagiaire de Mario Draghi. Vous devez rassembler sept dossiers indispensables à la bonne tenue de la réunion de politique monétaire de l'institution. Pour ce faire, vous "prenez un ascenseur" et monter des étages.

En fait, à chaque étage, vous devrez répondre à une question testant votre culture sur la BCE et la politique monétaire pour obtenir un dossier. Sur 10 étages, vous devrez donc donner au moins sept bonnes réponses.

Vous avez la possibilité de choisir votre "ascenseur", c’est-à-dire le thème du questionnaire, qui va de la rubrique "histoire" à "euro" en passant par "personnalités et institutions".

A noter que vos interlocuteurs sont des économistes - fictifs- travaillant pour la BCE, et qu'ils comportent leurs lots de clichés. Ainsi la Française est écolo, l'Italien parle avec énormément de faconde...

> Inflation island, ou comment comprendre les ravages de l'hyperinflation

Dans le scénario "stabilité des prix", tout va bien, comme ici à l'université (BCE)

Le but de ce jeu, lancé en décembre 2010, est de comprendre comment l'inflation affecte l'économie. Pour cela vous choisissez un scénario parmi les quatre cas de figure: déflation, stabilité des prix, forte inflation et hyperinflation.

Vous devrez ensuite vous baladez aux quatre coins d'une île, de l'université au chantier de construction, en passant par la banque et le quartier résidentiel. Et vous rencontrerez différents interlocuteurs.

A chaque endroit et avec chaque personnage, vous devrez choisir une affirmation parmi quatre. Celle-ci devra correspondre au scénario défini. Autrement dit, si vous avez opté pour le scénario "déflation", les supermarchés ne vendront plus rien car les clients attendent la baisse des prix, et vous devrez choisir la phrase du vendeur qui correspond à ce cas de figure.

Le scénario "hyperinflation" a d'ailleurs de quoi plomber le moral: une mère de famille se fait licencier parce qu'elle n'a pas assez d'argent pour payer le bus qui l'amène à son travail, les étudiants n'ont plus d'autres perspectives que de travailler au noir, et les magasins sont pris d'assaut.

Mais heureusement nous en sommes loin: l'inflation en zone euro est actuellement à un niveau faible (1,2%), au mois d'avril.

Julien Marion