BFM Business

Natixis annonce le départ de son directeur général pour "divergences stratégiques"

BPCE assure que son dispositif de commissions est parfaitement légal

BPCE assure que son dispositif de commissions est parfaitement légal - Eric Piermont. AFP

La filiale cotée du groupe bancaire mutualiste BPCE a annoncé le départ de François Riahi, après avoir essuyé une perte nette au deuxième trimestre qui a lourdement pesé sur les résultats de sa maison mère.

Natixis, filiale cotée du groupe bancaire mutualiste BPCE, a annoncé lundi le départ de son directeur général François Riahi sur fond de "divergences stratégiques", après avoir essuyé une perte nette au deuxième trimestre qui a lourdement pesé sur les résultats de sa maison mère.

M. Riahi "quitte ses fonctions de directeur général de Natixis et de membre du directoire du groupe BPCE en raison de divergences stratégiques concernant les options du futur plan de Natixis", a précisé la banque dans un communiqué.

"Afin de préparer le nouveau plan stratégique qui sera présenté à l'été prochain et en vue d'engager cette nouvelle étape de la vie de l'entreprise, le conseil a décidé de nommer Nicolas Namias comme directeur général à compter du 4 août 2020", est-il ajouté.

57 millions d'euros de pertes

Membre du directoire du groupe BPCE, Nicolas Namias occupe les fonctions de directeur général chargé des finances et de la stratégie depuis le 1er novembre 2018.

Ce changement de dirigeant intervient après que Natixis a subi une perte nette de 57 millions d'euros au deuxième trimestre, au lieu d'un bénéfice de 346 millions d'euros un an plus tôt.

Sur cette période, Natixis, qui regroupe diverses activités telles que les opérations de marché, la gestion d'actifs ou encore l'assurance, a été frappé par "le plein effet de la dislocation des marchés de la fin du premier trimestre, principalement en gestion d'actifs, par les mesures de confinement prises en France et par les annulations de dividende, ainsi que les incertitudes quant à la forme de la reprise économique principalement pour la banque de grande clientèle", a expliqué le groupe dans son communiqué.

BPCE dans le dur

Cette contre-performance, ajoutée à des provisions pour risque de crédit, a pesé sur les résultats de BPCE, qui a vu son propre bénéfice net chuter à 131 millions d'euros contre un peu moins d'un milliard un an plus tôt, selon un communiqué séparé.

BPCE a par ailleurs annoncé être entré en négociation exclusive avec la société américaine Ripplewood Advisors LLC pour la cession de l'intégralité du capital de sa filiale allemande de banque en ligne Fidor.

La réalisation de cette transaction, qui sera soumis à l'obtention des autorisations réglementaires nécessaires, est actuellement prévue au cours du premier semestre 2021, a précisé BPCE.

TL, avec AFP