BFM Business

La BCE inquiète du niveau de l'euro

Mario Draghi, le président de la BCE, s'est montré inquiet du fort niveau de l'euro.

Mario Draghi, le président de la BCE, s'est montré inquiet du fort niveau de l'euro. - -

Comme attendu, la Banque centrale européenne a indiqué, ce 8 mai, qu'elle maintenait son principal taux directeur inchangé à 0,25%. Son président, Mario Draghi, a cependant affirmé qu'une action était envisageable le mois prochain. Le niveau de l'euro, au plus haut depuis 2011, inquiète l'institution.

Pour la Banque centrale européenne (BCE), il semble encore urgent d'attendre. En maintenant son principal taux directeur inchangé à 0,25%, l'institution monétaire a en effet laissé entendre, ce jeudi 8 mai, qu'elle veillait au grain. Une décision largement attendue par les analystes, et officialisée à l'issue de la réunion de son conseil des gouverneurs délocalisé à Bruxelles.

Comme à son habitude, Mario Draghi, le président de la BCE, a ensuite pris la parole pour justifier ce choix. Voici ses principales déclarations.

Une possible action de la BCE en juin

> La BCE inquiète du niveau de l'euro. "Nous avons eu une discussion sérieuse sur le taux de change (de l'euro), c'est très important pour la stabilité des prix et pour la croissance. Dans une période où l'inflation est basse de manière prolongée, le renforcement de l'euro est une inquiétude sérieuse". Le tout alors que la monnaie européenne a atteint son plus haut niveau depuis octobre 2011, à 1,3993 dollar, ce jeudi 8 mai.

> Aucune décision sur un éventuel assouplissement de la politique monétaire. "Aucune décision n'a été prise aujourd'hui. De ce point de vue, la discussion que nous avons eue aujourd'hui peut être considérée comme la préparation de la réunion du mois prochain."

> Une action jugée possible en juin. "A l'issue des débats (d'aujourd'hui), je dirais que le Conseil des gouverneurs ne voit pas de difficulté à agir la prochaine fois mais avant cela, nous devons disposer des projections de nos équipes, qui sortiront début juin.
"Il y a un consensus sur le fait que l'évolution prévisible de l'inflation n'est pas satisfaisante. Il y a donc un consensus pour ne pas se résigner à cela (...) Nous avons un consensus pour agir, mais après avoir vu les projections de nos équipes début juin."

> La BCE unanime quant à l'utilisation d'outils non conventionnels. "Le conseil des gouverneurs est unanime dans son engagement à utiliser tous les instruments non-conventionnels rentrant dans le champ de son mandat pour faire face efficacement aux risques d'une période trop prolongée de basse inflation."

Reprise modérée en zone euro

> Préoccupation autour du taux de change. "Nous avons eu une discussion sur le taux de change (...) Il est très important pour la stabilité des prix et la croissance. Le renchérissement du taux de change dans un contexte de basse inflation est un grave sujet de préoccupation."

> Reprise modérée en zone euro. "Les données que nous recueillons continuent de suggérer que la reprise modérée de l'économie de la zone euro se poursuit conformément à notre précédente appréciation.
"Les risques pesant sur la reprise de la zone euro restent baissiers."

> La BCE confiante sur une progression de l'inflation. "En même temps, d'autres données récentes restent en phase avec notre anticipation d'une période prolongée de basse inflation, qui sera suivie par un mouvement haussier progressif de l'inflation."

Y. D .avec AFP