BFM Business

Cyclones, tempêtes: 30 milliards d'euros en 20 ans pour les assureurs français

L'année 2011, avec le séisme au large du Japon et celui en Nouvelle-Zélande, fut l'une des plus coûteuses pour les assureurs.

L'année 2011, avec le séisme au large du Japon et celui en Nouvelle-Zélande, fut l'une des plus coûteuses pour les assureurs. - -

Sandy, Katrina, Xynthia, Ulli. Ces patronymes coûtent des vies... et des dégâts qui s'élèvent à plusieurs milliards d’euros chaque année.

Première tempête de l’année pour la France, le cyclone Dumile qui vient de frapper ce jeudi 3 janvier l’île de la Réunion dans l’Océan Indien, a privé 68 000 foyers d'électricité. L'alerte rouge est maintenue jusqu'à 17 heures, mais le cyclone, lui, commence déjà à s'éloigner. A priori, les dégâts matériels resteront limités, ce qui n'est pas toujours le cas... 

En cas de catastrophe naturelle, ces derniers sont pris en charge par les assureurs, qui déboursent, rien qu'en France, plusieurs centaines de millions d’euros en dommages chaque année.

En France, des tempêtes rares mais particulièrement coûteuses

D’après la Fédération Française des Sociétés d’Assurances (FFSA), le coût des catastrophes naturelles et des tempêtes s’élèvent à plus de 30 milliards d’euros au cours des vingt dernières années pour les groupes d'assurance français.

Sur les dix dernières années, le record en termes de coût revient à la tempête Klaus, en janvier 2009. Active dans le sud de la France, les assureurs ont dû couvrir près d'1,7 milliard d’euros de dommages.

Les frais de la tempête Xynthia de l’hiver 2010 s’élevaient à environ 1,5 milliard d’euros. Le rapport "sinistres à primes" s’établissait alors à 121% selon le FFSA, les compagnies reversaient donc plus que ce qu’elles ne percevaient. Ce qui les a encouragé à revoir à la hausse leurs tarifs...

Coût des catastrophes naturelles et tempêtes pour les assureurs français, par an:

Source : FFSA

En France, hors tempêtes exceptionnelles, ce sont surtout les inondations annuelles dans le Sud qui pèsent sur les comptes des assureurs. Elles représentent près de cinq milliards d’euros en vingt ans, le double du coût des épisodes de sécheresse pour la même période. A côté, les Dom-Tom, pourtant souvent touchés par des catastrophes naturelles, ne représentent que 598 millions d’euros de dépenses versées par les assureurs.

2011, triste record pour les compagnies d'assurances

Au niveau mondial, les assureurs devraient débourser 65 milliards de dollars pour des catastrophes naturelles en 2012, moins de la moitié des quelques 150 milliards qu’auront coûté ces catastrophes au total. L’ouragan Sandy, à lui seul, occasionnerait 20 à 25 milliards de dollars de frais pour les assureurs.

Plus que 2012, 2011 fut une année noire. Les groupes d’assurance ont versé plus de 110 milliards de dollars à leurs clients touchés par les catastrophes naturelles. Un triste record à la suite du séisme et du tsunami japonais, du séisme en Nouvelle-Zélande et des inondations en Thaïlande. Le montant global des dommages s’élevaient alors à 380 milliards de dollars, selon l’ONU.

La Banque mondiale a calculé qu'au final, en 30 ans, les catastrophes naturelles ont causé 3500 milliards de dollars de dégâts.

(Cliquez sur les points pour plus d'informations)


Audrey Dufour