BFM Business

Brexit: Paris veut "récupérer 10.000 emplois"

Arnaud de Bresson était l'invité de BFM Business

Arnaud de Bresson était l'invité de BFM Business - BFM Business

Arnaud de Bresson, le délégué général de Paris Europlace était l'invité de BFM Business ce mardi 7 février. Évoquant les suites du Brexit, il a indiqué espérer la relocalisation de 10.000 postes à Paris, reconnaissant néanmoins que la présidentielle inquiétait actuellement les "acteurs internationaux".

Paris Europlace a lancé son opération séduction. Lundi, l'association représentant les intérêts financiers de la place parisienne s'est déplacée à Londres pour vanter l'attractivité de la ville Lumière.

Invité ce mardi 7 février de BFM Business, Arnaud de Bresson, le délégué général de Paris Europlace, a précisé ses objectifs. "À la City, il y a environ 80.000 emplois concernés par les activités liées à l'euro. Une partie de ces 80.000 postes va être relocalisée", explique-t-il, car "toutes les entreprises à Londres sont en train d'analyser où les choses vont aller" et pèsent "les atouts comparés des différentes places financières européennes".

10.000 emplois directs visés

Arnaud de Bresson indique que la place parisienne s'est fixé l'objectif "très précis de récupérer 10.000 emplois directs" ce qui représenterait "20.000 à 30.000 emplois au total avec les emplois indirects".

Néanmoins, le directeur général de Paris Europlace a admis que les décisions finales seraient prises par les entreprises après les élections, notamment en France. À ce titre, Arnaud de Bresson a reconnu que cette échéance politique suscitait de nombreuses interrogations de l'autre côté de la Manche.

"L'instabilité actuelle et cette période pré-électorale est un facteur d'inquiétude du côté de Londres. Nous étions (hier, ndlr) confrontés à beaucoup de questions sur la situation politique", a-t-il souligné. Arnaud de Bresson a alors expliqué avoir déclaré aux acteurs économiques londoniens, qu'il y aurait "plus de certitudes et certainement un gouvernement plus pro-business", après la présidentielle.

J.M.