BFM Business

Le stress, ce mal qui empoisonne les chefs d'entreprise

Plus que le mal de dos, les troubles articulaires, ou encore les baisses de moral et l'anxiété, c'est du stress dont se plaignent les dirigeants.

Plus que le mal de dos, les troubles articulaires, ou encore les baisses de moral et l'anxiété, c'est du stress dont se plaignent les dirigeants. - Alexas - Fotos- CC

Le manque de trésorerie, les incertitudes sur l'avenir de la société, les journées de travail à rallonge, sont les facteurs qui ont le plus de répercussions sur la santé des entrepreneurs, selon une étude Opinionway. Un dirigeant sur quatre estime même que sa forme a baissé ces cinq dernières années.

Commerçants, artisans, manager de PME, exploitant agricole… ces chefs d'entreprise aiment leur métier, au point qu'ils sont 82% à trouver que le travail c'est la santé, selon une étude réalisée par Opinionway pour la Fondation MMA Entrepreneurs du futur (1). Ce qui ne les empêche pas de subir certains maux liés à leur activité. Plus que le mal de dos, les troubles articulaires, ou encore les baisses de moral et l'anxiété, c'est du stress dont se plaignent les dirigeants. 55% des sondés avouent que la plupart de leurs journées sont stressantes, les exploitants agricoles et les manager de PME étant les plus touchés.

Les répercussions sont importantes puisqu'un dirigeant sur quatre trouve que son état de santé s'est détérioré sur les cinq dernières années. Et c'est le stress qui est mis en cause dans près de 6 cas sur 10.

La nécessité de licencier, source de stress

Mais quelles sont les causes de ces tensions? L'environnement économique est le principal fauteur de trouble, puisque les dirigeants avancent en premier lieu le manque de trésorerie de leur boîte (59%) ainsi que les incertitudes sur l'activité de l'entreprise (55%). La surcharge de travail est avancée par 56% des sondés. En revanche, l'aspect managérial de leur fonction ne semble pas être générateur de stress: moins du tiers évoquent des difficultés relationnelles avec leurs salariés ou encore l'organisation du travail de leurs équipes. Néanmoins, les difficultés à licencier provoquent des pics de stress pour 36% des chefs d'entreprise.

Privilégier les moments en famille

Tous ces dirigeants sont conscients que leur état sanitaire pèse sur le développement de leur entreprise. Par exemple 71% des artisans ont vu leurs soucis de santé porter atteinte à leur activité.

Ils veillent donc à entretenir leur forme, en ayant une bonne hygiène de vie mais aussi en s'accordant des moments de détente de famille (87%) et des bonnes nuits de sommeil (78%). La déconnexion numérique, pourtant utile pour recharger les batteries, n'est pas encore entrée dans les mœurs car seulement 40% des sondés s'astreignent à limiter la consultation de leur mails et messages sur téléphone en soirée.

(1) Étude réalisée auprès d'un échantillon de 1.504 dirigeants d'entreprises représentatifs des entreprises françaises de moins de 50 salariés.

C.C.