BFM Business

Un quart d'embauches en moins en 2020

Les embauches ont rechuté au 4e trimestre

Les embauches ont rechuté au 4e trimestre - Unsplash - CC

Un peu plus de 4,6 millions de contrats de travail ont été signés sur les trois derniers mois de 2020, contre plus de 5 millions au trimestre précédent, soit une baisse de 7,6%. Sur l'ensemble de l'année le recul atteint 25,2%.

Après le fort rebond observé au troisième trimestre (+64,2%), les embauches dans le secteur privé (hors intérim, agriculture et particuliers employeurs) ont rechuté de 7,6% en France métropolitaine au 4e trimestre sous l’effet des nouvelles restrictions sanitaires imposées en octobre. Sur l'ensemble de 2020, elles ont baissé en moyenne de 25,2% par rapport à 2019, selon les chiffres communiqués par la Dares.

Au total, 4.658.200 contrats de travail ont été signés sur les trois derniers mois de l’année 2020, contre plus de 5 millions au trimestre précédent. Cette baisse concerne davantage les petites entreprises de moins de 10 salariés (-13,6%) et de 10 à 49 salariés (-11,9%) que celles de plus de 50 salariés (-1,2%). Même constat sur un an, avec une chute de 35,7% pour les établissements de moins de 10 salariés au quatrième trimestre par rapport à la même période un an plus tôt, de 29,5% pour ceux de 10 à 49 salariés et de 10,9% pour ceux de plus de 50 salariés.

Principaux secteurs touchés par la baisse des embauches: le tertiaire (-8% au 4e trimestre, -25% sur un an) et la construction (-4,3%) qui est toutefois parvenue, sur un an, à dépasser son niveau du quatrième trimestre 2019 (+1,8%).

Les signatures de CDD ont moins chuté (-6,7%, à 3.890.800) que les signatures de CDI (-11,9%, à 767.400) sur les trois derniers mois de l’année par rapport au trimestre précédent . La part des embauches en CDD progresse ainsi de 0,8 point au quatrième trimestre pour atteindre 83,5%. En revanche, les embauches en CDD ont plus fortement chuté que celles en CDI sur un an (-24,6%, contre -20,2%).

Une baisse des embauches plus marquée en Ile-de-France

Si les embauches ont chuté de plus de 25% en moyenne en 2020, ce chiffre cache d'importantes disparités avec un recul bien plus prononcé en Ile-de-France (-31,2%) que dans les autres régions, comme le Centre-Val de Loire (-20,1%) ou la Bourgogne-Franche-Comté (-19,6%), relève la Dares.

Et pour cause, la région parisienne "est a priori davantage exposée aux secteurs soumis aux plus fortes restrictions, dits ‘S1’ (hôtels, restaurants, culture… ndlr), leur part dans les embauches avant la crise étant plus élevée en Ile-de-France (43,6% en 2019, contre 33,6% sur l’ensemble de la France métropolitaine)", souligne le service statistique du ministère du Travail. Même le rebond des embauches dans ce secteur au 3eme trimestre a été plus contenu à Paris que dans le reste de l’Hexagone. En effet, "il est probable que ce secteur ait plus souffert qu’ailleurs en l’absence de clientèle internationale, à la fois pour le tourisme et les affaires".

La baisse des embauches dans les secteurs non soumis à des fermetures administratives a également été plus marquée en Ile-de-France (-21,8% en 2020, contre -16,6% en France métropolitaine), en particulier dans le commerce (-21,6%, contre -13,8%) et dans les services aux entreprises (-41,4%, contre -29,2%).

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco