BFM Business

Pierre Gattaz espère que le compte pénibilité restera dans les cartons

Pierre Gattaz continue de se battre contre l'instauration du compte pénibilité.

Pierre Gattaz continue de se battre contre l'instauration du compte pénibilité. - Eric Piermont - AFP

Le président du Medef a déclaré ce mardi espérer que les décrets instaurant le compte pénibilité ne paraîtraient jamais au Journal Officiel. Ou du moins, qu'ils seraient accompagnés d'un plan pour les simplifier.

Le compte pénibilité irrite toujours Pierre Gattaz. Le président du Medef a espéré mardi que les derniers décrets concernant l'application du compte pénibilité "ne paraîtront pas" ou à défaut qu'ils seront accompagnés d'un "plan" pour les simplifier.

Lors de son point de presse mensuel, le patron des patrons a dit les attendre avec "extrêmement d'inquiétude". Et "si ces décrets devaient sortir quand même, il faut en parallèle un dispositif qui permettra de simplifier et d'optimiser les systèmes" notamment ceux de "carrière longues, d'invalidité", selon lui.

Il a appelé le gouvernement à agir avec "beaucoup de précaution" sur ce sujet et à accompagner les décrets d'un "plan en termes de simplification". "Nous continuons de jouer le jeu avec le gouvernement et avec le Premier ministre Manuel Valls", a assuré Pierre Gattaz. Les décrets ont fait l'objet d'âpres discussions ces dernières semaines avec les organisations patronales.

"Le symbole de ce qu'il ne faut pas faire"

Pour le patron des patrons, malgré des simplifications déjà obtenues, "le dispositif reste extrêmement compliqué". "Il y a encore une trentaine de pages de décret, si ça paraît tel quel, ça va être épouvantable!". Le dispositif, a estimé Pierre Gattaz, "va remettre une couche de contraintes énorme" sur les entreprises auxquelles il semble "inutile, inapplicable". "C'est le symbole de ce qu'il ne faut pas faire".

Selon lui, le compte pénibilité était "mal parti depuis l'origine", lancé "avec une fausse concertation" et était "très idéologique, très politique". Le compte pénibilité vise à permettre aux salariés ayant exercé des métiers pénibles d'accumuler des points pour partir plus tôt à la retraite, se former ou travailler à temps partiel. Il est entré partiellement en vigueur au 1er janvier 2015 pour quatre premiers facteurs (travail de nuit, travail répétitif, en horaires alternants ou milieu hyperbare).

Le gouvernement avait accepté de repousser à juillet 2016 la mise en oeuvre des six autres critères (postures pénibles, manutentions manuelles de charges, agents chimiques, vibrations mécaniques, températures extrêmes, bruit). La publication des décrets est attendue dans les semaines à venir.

N.G. avec AFP