BFM Business

Les métiers dont les parents rêvent pour leurs enfants

La médecine reste en tête du classement

La médecine reste en tête du classement - Unsplach - Flickr - CC

"Dans quasiment tous les pays, médecins et ingénieurs sont les deux professions que les parents plébiscitent pour leur progéniture, selon une étude de la banque HSBC. La France est le pays où les enfants apparaissent comme les plus libres de choisir eux-mêmes."

Les parents ont souvent tendance à dire qu'ils laisseront leurs enfants décider librement de leur avenir. Mais, si l'on en croit une étude de la banque HSBC publiée ce mercredi 8 juin, cela ne les empêche pas d'avoir une vision très claire de la voie professionnelle sur laquelle ils aimeraient voir leurs enfants cheminer.

Selon cette enquête menée dans 15 pays, dont la France, près de 8 parents sur 10 ont déjà en tête un métier favori pour leur fils ou leur fille. Et, en la matière, l'originalité n'est pas de mise. Comme dans l'édition 2015 de cette étude, les métiers qui arrivent en tête sont les médecins (16% des réponses) devant les ingénieurs (12%) et les informaticiens (8%). Suivent les métiers de la finance (6%) et les enseignants (6% également). La rémunération (35%) et la sécurité de l'emploi (34%) sont les deux raisons motivant ces préférences parentales.

Les Français font confiance à leurs enfants

Voilà pour le panorama global. Mais quand on regarde dans le détail, les parents ont des comportements assez différents selon les pays. En Inde, en Indonésie ou en Égypte, 90% des parents ont déjà en tête un métier pour leur enfant. Ils ne sont que 63% en Australie, 62% au Canada et, surtout 55% en France, qui s'impose comme le pays où les parents sont les plus ouverts aux choix futurs de leur(s) enfant(s). Une priorité mentionnée par 42% des personnes interrogées dans l'Hexagone. Les Français sont mêmes ceux qui font le plus confiance à leur progéniture en la matière, devant les Britanniques (40%).

Le métier de banquier peu apprécié en France

Les parents français se distinguent également dans les raisons justifiant d'embrasser telle ou telle carrière. 38% citent le fait que ce métier correspondent aux forces de leur enfant. La rémunération n'arrive qu'en troisième position (27%) et la sécurité de l'emploi en sixième (17%), alors que ces deux critères se situent aux deux premières places dans le classement mondial.

Il y a également des différences dans le palmarès des métiers. Si le trio de tête ne change pas, à la quatrième place on trouve non pas les banquiers comme dans les autres pays, mais les avocats (4%). Les métiers de la finance sont en effet exclus du top 5 en France, ce qui ne fait que confirmer la défiance des Français vis-à-vis de ce secteur. Plus surprenant, le métier d'enseignant ne trouve plus autant grâce aux yeux des Français. Encore sur le podium l'an dernier avec un score de 7%, cette profession n'est plus que 5e avec 4% des réponses.

-
- © -

HSBC souligne également une autre tendance, mondiale celle-là: les mamans se laissent plus influencer par les choix de leurs enfants que les papas (46% contre 39%).

(*) Étude réalisée dans 15 pays sur un total de 6.241 parents par la société Ipsos MORI. 438 parents ont été interrogés en France

J.M.