BFM Business
Emploi

Le compte personnel de formation peine à séduire les salariés

BFM Business
Seulement 1,7% des salariés du privé ont utilisé les crédits de leur CPF en 2018, selon le bilan de la Dares. Et dans 9 cas sur 10, les formations suivies ne donnent pas lieu à un diplôme.

Développer ses compétences tout au long de sa vie professionnelle est l’enjeu poursuivi par le compte personnel de formation (CPF), mis en place en 2015. Mais de toute évidence, les salariés le boudent : seulement 1,7% ont fait appel aux crédits déposés sur leur compte pour suivre une formation en 2018, selon le bilan de la Dares. Néanmoins, aussi faible soit-il, ce chiffre constitue une belle progression: l’organisme de statistiques du ministère du Travail a recensé 383.000 entrées en formation en 2018 contre 272.000 en 2017. Soit une hausse de 41% en un an.

Tous les salariés ne sont pas aussi sensibles aux atouts de se former même lorsque l'on est en poste. Le dispositif bénéficie avant tout aux personnes diplômées du supérieur (57,5%) et en majorité à des hommes (52,5%). Ce sont surtout les salariés ayant entre 25 et 44 ans (60%) qui mobilisent leur CPF.

Les formations de langues sont les plus prisées

Dans près de 9 cas sur 10, les formations suivies ne donnent pas lieu à un diplôme. Les formations en langue ont la faveur des salariés (38,8%), la proportion la plus forte se trouvant chez les ingénieurs et cadres (59,4%). Dans plus de 85 % des cas, il s’agit d’une préparation aux tests de langues comme le TOEIC.

L’informatique est le second secteur qui attire les salariés (12 ,2%), suivi par le transport et la manutention (11 ,7%). Plus précisément 25,9 % des formations dans ce domaine préparent au certificat d’aptitude à la conduite en sécurité et 23,3 % concernent le permis de conduire de catégorie B, une formation entrée dans le cadre du CPF depuis 2017.

Les chiffres montrent que les formations suivies sont de plus en plus courtes : les salariés étaient en formation en moyenne pendant 88 heures en 2018 , contre 117 heures en 2015. En cause des financements complémentaires en baisse, mais aussi la nature des formations: par exemple l’obtention du permis de conduire de catégorie B nécessite 37 heures en moyenne.

Parmi ceux qui mobilisent leur CPF pour suivre une formation longue leur permettant de d’évoluer dans leur carrière, la formation de conducteur ou conductrice de transport routier de marchandises sur porteur a les faveurs d’un salarié sur 5 détenteur du CAP ou BEP. Les formations de conseiller (ère) gestionnaire banque-assurance clientèle des particuliers sont les plus courues chez les détenteurs d’un Bac+ 2 à bac +4.

Coralie Cathelinais