BFM Business

Hollande: "la France ne peut vivre avec 0% de croissance"

François Hollande veut "faire sortir le pays de la crise et gagner la bataille de  l'emploi"

François Hollande veut "faire sortir le pays de la crise et gagner la bataille de l'emploi" - -

Le président de la République a affirmé ce vendredi 3 mai, préparer la France "à la reprise de la croissance", lors d'un déplacement dans le Doubs. Il a également salué la décision de Bruxelles, prêt à accorder deux ans de plus à la France pour réduire son déficit.

La France a obtenu gain de cause, et François Hollande s'en réjouit. En déplacement dans le Doubs, ce vendredi 3 mai, le président de la République a salué les deux années supplémentaires que Bruxelles, est désormais prêt à accorder à la France pour ramener son déficit sous les 3% du PIB:

"C'est une nouvelle importante parce qu'elle vient consacrer ce que la France a demandé depuis un an, c'est-à-dire que l'on mette la croissance au premier rang de nos priorités", a-t-il déclaré.

Mais, très vite, le chef de l'Etat a évoqué la prévison de croissance de Bruxelles: "Je sais le scepticisme et la question qui se pose: comment réduire le chômage alors qu'il n'y a pas de croissance", a-t-il reconnu, citant l'estimation de la Commission européenne (-0,1% de hausse du PIB pour 2013).

"Nous prenons ces prévisions pour ce qu'elles sont" et "nous préparons la reprise de la croissance", a-t-il poursuivi.

"Un pays comme le notre ne peut pas vivre avec une croissance zéro, car nous avons une forte démographie. Les jeunes arrivent sur le marché de l'emploi, nous devons créer de la croissance".

Le délai de deux ans de Bruxelles "une nouvelle importante"

Pour lui, il s'agit d'une condition sine qua non pour "faire sortir le pays de la crise, et gagner la bataille de l'emploi".

Sur ce sujet, Bruxelles a beau ne pas y croire, François Hollande maintient son engagement: inverser la courbe du chômage avant la fin 2013.

"C'est un engagement que j'ai pris.Ce n'est pas une parole que j'ai prononcée en l'air. Je sais qu'il y a beaucoup de doutes, de scepticisme, même des prévisions qui ne vont pas dans ce sens", a déclaré le président de la République à la presse, en référence aux prévisions de la Commission européenne, publiée ce même jour.

La Commission table, en effet sur une hausse du chômage français, qui devrait culminer à 10,9% en 2014, selon ses estimations.

Julien Marion