BFM Business

Emploi : les contrats aidés coûteront deux milliards en 2012

Michel Sapin mise sur les contrats aidés pour contenir le chômage

Michel Sapin mise sur les contrats aidés pour contenir le chômage - -

Le ministre du Travail, Michel Sapin, a annoncé, jeudi 18 octobre, le financement de 40 000 nouveaux contrats aidés en 2012. Tous ces types de contrats coûteront deux milliards d'euros cette année.

En juin, Michel Sapin, à peine nommé ministre du Travail, avait décidé la création de 80 000 emplois aidés supplémentaires pour 2012 venant s'ajouter aux 310 000 financés par le gouvernement Fillon jusqu'à l'élection présidentielle.

Ce jeudi, sur France Inter, il a annoncé une ralonge de 40 000 autres contrats qui devraient être signés avant la fin de l'année. Ils concerneront en priorité les chômeurs de longue durée et les titulaires de minima sociaux.

A la différence des autres contrats aidés, cette nouvelle fournée sera exclusivement signée avec les organismes publics et des associations. Les entreprises privées du secteur marchand en sont exclues, ce qui parait logique vu les publics concernés.

Outre ces contrats aidés, le gouvernement mise aussi sur les emplois d'avenir et les contrats de génération, deux dispositifs qui vont entrer en vigueur début 2013, pour contenir l'envolée du chômage.

Pas de limite budgétaire

"S'il y a encore plus d'entreprises qui veulent faire cet effort d'accueillir des jeunes tant mieux" a estimé Michel Sapin jeudi matin. Ajoutant : "il n'y pas de limite budgétaire en faveur de cette politique". Face aux 3 millions de demandeurs d'emplois, le ministre du Travail a, en effet, obtenu de voir ses crédits d'intervention augmenter alors même que son ministère n'est pas considéré comme prioritaire.

Au total, les contrats aidés déjà signés coûteront donc 1,95 milliards d'euros au budget de l'Etat. En 2013, le projet de loi de finances prévoit 2,1 milliards, or contrats de génération. Par comparaison, les exonérations de charges sur les bas salaires reviennent dix fois plus cher.

Si le coût des contrats aidés n'est donc pas excessif, ces dispositifs font-ils pour autant une véritable politique de l'emploi ? En 2006 puis en 2011, la Cour des comptes s'est pourtant déclarée sceptique sur l'efficacité de ces contrats en matière d'insertion....

Patrick Coquidé