BFM Business

Airbus annonce 3720 suppressions de postes, dont 470 en France

En raison notamment des baisses de production de l'A380, Airbus compte supprimer 3720 postes en Europe.

En raison notamment des baisses de production de l'A380, Airbus compte supprimer 3720 postes en Europe. - Kolossos - WikimediaCommons - CC

Le constructeur aéronautique européen a confirmé à ses syndicats la suppressions de plus de 3700 postes en Europe, dont 470 en France, mais sans aucun licenciement, a indiqué FO.

Le constructeur européen Airbus va procéder à "3720 suppressions de postes en Europe" sans aucun licenciement sec, en raison des baisses de cadences de production sur ses programmes A380 et A400M, a déclaré mercredi le représentant de FO, premier syndicat du groupe.

"À aucun moment, il n'a été question de licenciement sec. Pour l'instant il est question de suppressions de postes", a déclaré Jean-Marc Escourrou, secrétaire FO, à l'issue d'un Conseil d'entreprise européen d'Airbus à Toulouse.

"Il ressort qu'il y aurait 3720 suppressions de postes en Europe", principalement en Allemagne, Espagne, Royaume-Uni et en France a-t-il indiqué à des journalistes. 470 suppressions de postes sont attendues en France selon les syndicats.

Des baisses de production compensées par des hausses

De son côté, la direction d'Airbus a précisé à BFMTV avoir certes décidé de réduire la cadence de production de ses A380 et A400M. En revanche, dans le même temps, l'industriel compte augmenter la cadence de production de ses A350 et A320. Par conséquent Airbus va proposer à 3720 salariés des redéploiements sur d’autres sites -ceux qui produisent ces appareils- sur 3 ans. Des sites qui "peuvent se trouver dans d’autres pays bien sur", a-t-elle indiqué. À ce titre, le groupe souligne qu’en 2017, 12.000 salariés ont changé de postes. Soit près de 10% des effectifs qui atteignaient près de 134.000 personnes dans le monde en 2016.

Ces déclarations confirment les informations parues dans la presse ce matin indiquant que l'avionneur souhaitait réaliser des ajustements à cause des baisses de production de l'A380 et de l'A400M, qui ont dû mal à trouver preneur.

N.G. avec AFP