BFM Business

Transports, hôpitaux, éducation: les perturbations à attendre ce mardi

Les différents rassemblements auront un impact sur les services publics

Les différents rassemblements auront un impact sur les services publics - Frederik Florin - AFP

Les agents de la fonction publique sont appelés à débrayer mardi dans le cadre d'une grève unitaire, la première depuis dix ans, ce qui devrait notamment impacter le trafic aérien.

Les fonctionnaires dans la rue pour témoigner de leur ras-le-bol. Ce mardi, les quelque 5,4 millions d'agents de la fonction publique sont appelés par tous les syndicats de la fonction publique (une première depuis dix ans) à battre le pavé pour manifester contre plusieurs mesures prises par le gouvernement (rétablissement du jour de carence, hausse de la CSG compensée sans hausse du pouvoir d'achat, suppressions d'effectifs).

Cet appel unitaire va se traduire par des services publics au ralenti voire à l'arrêt. Le point sur les prévisions.

> Transports

Le trafic aérien va être fortement perturbé. Les contrôleurs sont appelés à faire grève par la CGT, FO, la CFDT et l'Unsa. En conséquence, la DGAC (la direction générale de l'aviation civile) recommande aux compagnies de réduire de 30% leurs vols mardi, des perturbations étant attendues sur l'ensemble du territoire. Air France prévoit d’assurer près de 75% de son programme de vols court et moyen-courriers. Les vols long-courriers ne seront pas touchés. Easyjet a, pour sa part, annoncé la suppression de 104 vols depuis et vers la France entre ce lundi soir et demain.

Ryanair a également indiqué devoir annuler des vols en raison de la grève des contrôleurs aériens. Le groupe irlandais a ainsi publié une liste d'environ 220 vols annulés.

Du côté du rail, la SNCF a elle indiqué dimanche soir ne pas s'attendre à d'importantes répercussions. "Il n'y a pas de perturbation attendue", a ainsi indiqué un porte-parole.

Même chose à la RATP où on indique un "trafic normal sur le métro, les bus et les tramways". "Seul le RER B sera légèrement perturbé", explique un porte-parole.

> Éducation

Tous les enseignants sont appelés à la grève par leurs syndicats, y compris ceux du privé, par des organisations les représentant. Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat dans le primaire, s'attend à ce que le mouvement soit "très suivi".

À Paris, le Snuipp-FSU 75, premier syndicat dans le premier degré, estime à 55% la proportion d’enseignants grévistes. Il prévoit par ailleurs la fermeture de 70 établissements de la capitale. Dans plusieurs départements de province la proportion d'écoles fermées sera importante: Puy-de-Dôme (25%), Hautes-Pyrénées et Val-de-Marne (18%), Vosges et Guadeloupe (11%), ainsi que Paris et l'Ain (10%)

La loi d'août 2008 a instauré un droit d'accueil des élèves en maternelle et élémentaire. Même si des enseignants sont en grève, l'école doit accueillir les enfants, un principe valable seulement dans le primaire.

> Hôpitaux

Première depuis la loi Bachelot de 2009, une dizaine de syndicats de praticiens hospitaliers (PH) se sont joints à l'appel de la fonction publique. Médecins, pharmaciens et dentistes sont invités à faire grève avec les personnels paramédicaux (aide-soignants, infirmiers, etc...) pour dénoncer en choeur la dégradation de leurs conditions de travail et "l'étranglement financier" de l'hôpital. Comme eux, les PH sont concernés par le gel du point d'indice ou le rétablissement du jour de carence en cas d'arrêt maladie. Ils s'élèvent plus généralement contre la baisse de leur pouvoir d'achat. Conséquence: des opérations pourraient être reportées.

> Autres secteurs

Chez les policiers, Alternative CFDT et l'Unsa-police ont appelé leurs troupes à manifester dans les cortèges. Les autres syndicats relaient les appels à manifester lancés par les confédérations auxquelles ils sont affiliés.

Les personnels d'anciennes entreprises du secteur public comme La Poste et Orange, qui emploient encore des fonctionnaires, et plus largement pour la CGT "l'ensemble des salariés du secteur des activités postales et de télécommunications" (SFR, Free, Chronopost...), sont aussi appelés à se mobiliser.

Même chose pour les agents, de droit public ou de droit privé, de Pôle Emploi, pour protester contre des suppressions de postes et la présentation d'un budget en baisse de quatre milliards d'euros en cinq ans, ou pour ceux des chambres de commerce et d'industrie.

Au tribunal de Bobigny, la CGT appelle les greffiers à empêcher la tenue des audiences pour protester contre des effectifs insuffisants qui pèsent sur les conditions de travail mais aussi contre le manque de "matériel" (papier, stylos, cartouches d'encre).

J.M. avec AFP