BFM Business

Taxe d'habitation en maison de retraite: le gouvernement va discuter sur des baisses de prix de la journée

Édouard Philippe répondait alors à une question d'une internaute

Édouard Philippe répondait alors à une question d'une internaute - Alain Jocard - AFP

Le Premier ministre Édouard Philippe a indiqué lors d'un Facebook live que des discussions ont été ouvertes avec les Ehpad pour diminuer les prix pour les retraités résidents qui ne paient pas la taxe d'habitation.

L'exécutif va ouvrir une "discussion" avec les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) pour discuter d'une possible baisse des prix de journée pour la minorité de résidents retraités qui ne paient pas la taxe d'habitation, a indiqué mercredi Édouard Philippe.

Interrogé par un internaute sur cette question lors d'un échange en direct sur Facebook, le Premier ministre a souligné qu'environ "10 à 15%" des résidents de maison de retraite seraient concernés, afin de compenser les effets de la hausse de la CSG en 2018.

Parmi les résidents de maison de retraites, "60% ne seront pas affectés" par la hausse de la CSG, "donc ce n'est pas la peine de poser la question s'agissant de l'augmentation de la CSG, il ne la verront pas", a-t-il fait valoir.

10 à 15% de personnes concernées

Dans les 40% restants, "il y aura un certain nombre d'entre eux qui seront concernés par la baisse et la disparition de la taxe d'habitation", a-t-il souligné: ceux qui ont conservé un logement à l'extérieur ou qui paient une taxe d'habitation dans leur maison de retraite, ce qui "dépend du statut de l'Ehpad".

"Pour les autres, qui représentent entre 10 et 15% des personnes résidant dans les Ehpad, il y aura une discussion avec les Ehpad pour voir dans quelle mesure on pourra prendre les mesures pour la diminution du prix de journée", a indiqué M. Philippe, sans plus de précisions.

Cette "discussion" aura lieu entre les ministres Gérald Darmanin (Budget) et Agnès Buzyn (Santé) "et toute une série de représentants de ces établissements d'accueil".

"On mènera cette discussion. Notre objectif est clair: faire en sorte d'avoir une politique conforme à ce qu'on a indiqué, à savoir une augmentation du pouvoir d'achat des actifs tout en préservant la situation des plus fragiles".

Près de 60% de retraités, soit 8 millions de personnes, seront affectés en 2018 par une hausse de la CSG qui entraînera, selon les syndicats, une perte de 408 euros par an pour ceux qui reçoivent 2.000 euros par mois.

Cette mesure a suscité des manifestations de retraités, d'autant que certains qui vivent en maisons de retraite ne bénéficieront pas de la baisse annoncée de la taxe d'habitation.

J.M. avec AFP