BFM Business

Le quotidien régional L'Echo cesse sa publication

L'Echo du Centre, qui s'appellera L'Echo, en 1944.

L'Echo du Centre, qui s'appellera L'Echo, en 1944. - Wikipedia

Le quotidien régional L'Echo a publié son dernier numéro ce mercredi 6 novembre. Il était diffusé dans cinq départements du centre-ouest.

Pour son dernier numéro, les mots "Adieu aux lecteurs" occupe la moitié de sa Une. Le quotidien régional L'Echo cesse de paraître ce mercredi 6 novembre, 76 ans après sa création. Placé politiquement à gauche, il était diffusé dans cinq départements du centre-ouest de la France: la Haute-Vienne, la Creuse, la Corrèze, la Dordogne et l'Indre.

Déficit de 1,7 million d'euros

Il explique ainsi qu’"asphyxié économiquement, votre journal n’aura pas survécu à la crise de la presse". En 2012, le quotidien avait été placé en redressement judiciaire, avec un étalonnement de la dette. En 2019, son déficit avait atteint 1,7 million d’euros. En cause: "la baisse des annonces légales qui nous ont fait perdre 800.000 euros par an, la lente érosion du lectorat, à l'image de nos confrères. Et puis aussi la crise économique de 2008, où la publicité a fortement diminué", explique Frédéric Sénamaud, gérant non salarié de L'Echo. Le journal employait 42 personnes, dont les trois-quarts étaient des journalistes.

Le feu média a donné aujourd’hui un ultime rendez-vous, devant le tribunal de commerce de Limoges, qui doit annoncer sa liquidation. "La disparition de L'Echo, c'est la fin de la pluralité de l'information", a regretté la présidente du Club de la presse du Limousin, Anne-Marie Muia. Elle a ajouté : "C'est un échec à la liberté d'expression, sacrifiée sur l'autel de l'économie".

Créé en 1943, le journal a d’abord porté le nom de Valmy ! et diffusé clandestinement pendant la guerre. Il se définira ensuite comme le "strict porte-parole du parti communiste".

Fanny Guyomard avec AFP