BFM Business

Moscovici adresse une pique à Hollande et Sarkozy

Pierre Moscovici était l'invité de BFM Business ce mardi.

Pierre Moscovici était l'invité de BFM Business ce mardi. - BFM Business

Invité de BFM Business ce mardi, le Commissaire européen aux Affaires économiques a évoqué la reprise économique en zone euro, les finances publiques françaises, mais aussi l’attitude des présidents de la République précédents.

S’il se garde de tout triomphalisme, Pierre Moscovici s’est montré résolument optimiste concernant la reprise économique en zone euro, ce mardi sur BFM Business. Invité des Décodeurs de l’Éco, le commissaire européen aux Affaires économiques a notamment pointé le fait qu’il n’y ait "jamais eu autant d’emplois qu’aujourd’hui en Europe".

Même s’il a mis en garde contre certains risques politiques, notamment aux États-Unis, et bien sûr géopolitiques, en allusion à la Corée du Nord. Mais aussi contre la menace d’une prochaine crise économique, contre laquelle l’Europe est appelée à "s’outiller", notamment dans "la période où la croissance est plus forte".

Taxe sur les dividendes: Moscovici regrette "par principe"

Comme on peut s’y attendre, Pierre Moscovici garde également un œil attentif sur la France, qui peine à se dépêtrer de la procédure pour déficit excessif engagée par Bruxelles. Visiblement conquis par l’action d’Emmanuel Macron, l’ancien ministre s’est tout de même montré "confiant" dans les prévisions du gouvernement français. Même s’il faudra amortir, en 2018, l’annulation de la taxe sur les dividendes - initiée lors de son passage à Bercy - pour un coût d’environ 10 milliards d’euros.

A ce propos, l’actuel commissaire européen a assuré "regretter" la mise en place de cette taxe "par principe, car l’annulation est un échec", tout en se défendant de toute négligence. "Tous les service internes du ministère, le Conseil d’État", avaient été consultés, a-t-il rappelé. Avant de reconnaître qu’ à partir de 2015, "il y a eu des signaux d’alarme"…

Enfin, interrogé sur la défiance des peuples envers les institutions européennes, et en particulier celle du peuple français, Pierre Moscovici a loué l’action d’Emmanuel Macron…et lancé une pique à ses prédécesseurs. "Ce que je reproche aux exécutifs français précédents, c’est d’avoir eu l’Europe timide, parfois l’Europe honteuse", a-t-il déclaré. Transmis à Nicolas Sarkozy et à François Hollande, qui a appuyé la candidature à Bruxelles d’un certain…Pierre Moscovici.

Y.D.