BFM Business

Au Venezuela, l'inflation dépasse les 340.000% sur un an

En septembre 2018, les prix ont augmenté de 233,3%  en un mois au Venezuela.

En septembre 2018, les prix ont augmenté de 233,3% en un mois au Venezuela. - Oscar DUQUE-AFP

L'inflation au Venezuela a atteint 233,3% en septembre, portant la hausse des prix sur un an à 342.161%, selon un rapport publié lundi par le Parlement du pays. Selon une projection du FMI, l'inflation pourrait atteindre 1 million de pour cent l'an.

Au Venezuela, ce n'est plus la valse mais le tourbillon des étiquettes de prix des produits. "L'inflation annuelle, de septembre 2017 à septembre 2018, se situe à 342.161%, un chiffre vraiment accablant", a déclaré le député vénézuélien Juan Andrés Mejia. L'augmentation du coût de la vie en une seule journée au Venezuela dépasse le taux enregistré en Colombie voisine durant les douze derniers mois (3,23%).

Au début de l'été, les habitants du pays devaient débourser un million de bolivar (la monnaie nationale qui ne cesse de se déprécier) pour se payer un simple café, selon l'indice "Cafe Con Leche" de Bloomberg

Vers une inflation annuelle d'1 million pour cent!

En septembre dernier, les prix ont augmenté de 233,3% en un mois, selon le rapport. "C'est le chiffre le plus important depuis le début de l'année et cela accentue bien évidemment l'hyperinflation que nous subissons actuellement", a souligné le membre du Parlement.

En août, selon cette même source, l'inflation a dépassé la barre des 200%, tandis que la hausse des prix sur un an se situait à 200.005%. "Cela nous donne une projection de 1.030.281% d'inflation à la fin de l'année", a ajouté le député. Un chiffre qui correspond avec les prévisions du Fonds monétaire international, selon qui l'hyperinflation au Venezuela pourrait dépasser 1.000.000% d'ici la fin de l'année.

L'inflation atteindrait désormais 4% par jour

En août dernier, le président socialiste Nicolas Maduro a lancé un plan de relance face à la grave crise économique, qui prévoit notamment une hausse du salaire minimum, multiplié par plus de 30, une dévaluation de 96% du bolivar et une hausse de la TVA et de l'essence.

L'inflation n'a toutefois pas été jugulée. Elle atteint 4% par jour, selon le rapport parlementaire.

Les analystes attribuent le coût de la vie élevé à une émission incontrôlée de monnaie, dans un pays en récession depuis 2014 en raison de la chute des prix du pétrole et de la production de brut. Avec la chute du prix du baril à partir de 2009, et qui s’est accentuée depuis 2014, l’État a fait marcher à plein régime "la planche à billets", menant de facto à une hyperinflation.

F.Bergé avec AFP