BFM Business

Les syndicats d'Airbus France décident de blocages ciblés

L'intersyndicale des salariés d'Airbus France a décidé à Toulouse d'entamer une série de blocages ciblés de sites de production à partir de cet après-midi. Les employés d'Airbus entendent ainsi dénoncer la politique salariale de leur direction et l'applic

L'intersyndicale des salariés d'Airbus France a décidé à Toulouse d'entamer une série de blocages ciblés de sites de production à partir de cet après-midi. Les employés d'Airbus entendent ainsi dénoncer la politique salariale de leur direction et l'applic - -

TOULOUSE - L'intersyndicale des salariés d'Airbus France a décidé à Toulouse d'entamer une série de blocages ciblés de sites de production à...

TOULOUSE (Reuters) - L'intersyndicale des salariés d'Airbus France a décidé dans la matinée à Toulouse d'entamer une série de blocages ciblés de sites de production à partir de lundi après-midi, apprend-on de source syndicale.

Après une manifestation vendredi sur les trois sites français d'Airbus (Toulouse, Saint-Nazaire et Nantes), qui avait rassemblé près de 10.000 ouvriers, les employés d'Airbus entendent dénoncer la politique salariale de leur direction et l'application du plan Power 8 de rigueur budgétaire.

"Nous avons décidé de durcir notre mouvement mais nous ne pouvions pas aller jusqu'à bloquer intégralement l'ensemble des sites. Nous allons donc opérer par le biais d'actions tournantes et très ciblées", a déclaré lundi Gilbert Plo, délégué CFTC au nom de l'intersyndicale d'Airbus (CGT, FO, CFTC, CFDT, CGC-CFE).

Ces actions devraient se dérouler tout au long de la semaine sur les trois sites de production d'Airbus.

Dès lundi après-midi, le secteur C40 d'Airbus à Toulouse, qui concerne l'activité des appareils Beluga qui transitent à travers l'Europe pour acheminer vers les chaînes d'assemblage de Toulouse les tronçons d'appareils, sera affecté.

Gilbert Plo a indiqué que les actions viseraient aussi l'usine Lagardère de Toulouse, où sont assemblés les tronçons du super Jumbo A 380, et, mercredi, l'activité de l'usine Saint-Eloi de Toulouse où sont fabriqués notamment les mâts reliant les moteurs aux ailes des avions.

Jusqu'à la réunion de vendredi dernier avec la direction d'Airbus, cette dernière ne proposait qu'une augmentation annuelle des salaires de 1,5%, sans aucune contrepartie sur la sauvegarde de l'emploi, soulignent les syndicats.

La direction a proposé lors de cette réunion 1,9% d'augmentation, un chiffre qui reste insuffisant selon eux.

Nicolas Fichot, édité par Yves Clarisse