BFM Business

La France au 4e rang mondial des demandes de brevets

-

- - ALAIN JOCARD / AFP

La France a conservé en 2018 la deuxième place à l’échelle européenne.

La France continue d'être très active dans le domaine des demandes de brevets. Selon l’Office européen des brevets (OEB), la France a conservé en 2018 la deuxième place à l’échelle européenne et le quatrième rang au niveau mondial malgré un recul du nombre de demandes par rapport à 2017.

Selon les données publiées mardi par l’OEB, la France a déposé 10 317 demandes l’an dernier, soit 2,8% de moins qu’en 2017, restant le deuxième pays demandeur d’Europe derrière l’Allemagne. Suivent la Suisse, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Le ralentissement des demandes françaises s’explique notamment par le fait que Technicolor, auparavant troisième plus gros déposant français, a vendu en 2018 ses activités de recherche et innovation à l’américain InterDigital.

A l’échelle internationale, la France est le quatrième pays en volumes de demandes de brevets auprès de l’OEB, derrière les Etats-Unis, l’Allemagne et le Japon, et devant la Chine.

Valeo très actif

“La France apporte une contribution majeure à l’innovation européenne comme le prouve son dynamisme dans plusieurs secteurs clés pour l’avenir de l’économie européenne”, observe António Campinos, président de l’OEB, cité dans un communiqué.

Dans le détail, l’équipementier automobile Valeo reste une nouvelle fois l’entreprise la plus active de France (784 demandes), ce qui lui permet de figurer dans le top 20 mondial des entreprises les plus innovantes (à la 18e place).

Deux autres groupes français figurent parmi les 50 principaux déposants de brevets auprès de l’OEB: le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), 30e mondial (597 demandes) et l’équipementier aéronautique Safran (423 demandes).