BFM Business

L'aéronautique, secteur préféré des Français depuis 10 ans

-

- - -

Depuis que l'étude sur la marque employeur de Randstad existe, la tête du classement est invariable. Quand c'est pas Airbus qui gagne, c'est Dassault ou inversement.

Nous continuons, ce matin, à décortiquer l'étude Randstad sur la marque employeur. Une étude qui fête ses 10 ans cette année. Cela fait donc 10 ans que lorsqu'on demande aux français : quel est LE secteur dans lequel ils rêvent de travailler ? 10 ans qu'ils répondent l'aéronautique.

Car depuis que l'étude Randstad existe, la tête du classement est invariable. Quand c'est pas Airbus qui gagne, c'est Dassault. Je ne vous dévoilerai pas le vainqueur 2019 avant la cérémonie de fin de cette semaine. Mais ne vous attendez pas à une révolution.

Alors vous vous dites, du coup c’est toujours pareil, c’est pas très intéressant. Détrompez-vous c'est passionnant ! Car l'étude Randstad est l'une des rares études sur les marques à s'adresser a ceux qui les connaissent.

"Vous connaissez Airbus ? Oui ? Est-ce que vous avez envie d'y travaillez et pourquoi ?", demande le groupe de ressources humaines aux répondants. Rémunération, ambiance au travail, équilibre vie pro-privée, sécurité de l’emploi, santé financière, formations, outils technologique, l'aéronautique coche toutes les cases depuis une décennie. De manière plus générale : les secteurs industriels trustent d'ailleurs les premières places du classement depuis 10 ans, avec des niveaux d’attractivité supérieurs à 30%. A une exception près : l'industrie pharmaceutique, balayée par les scandales médiatiques, le secteur n'attire pas les candidats à l'embauche pour une question d'image. 

Et quand on regarde sur 10 ans les cinq fondamentaux pour choisir un employeur : deux choses à retenir.

1) les critères suivent les cycles économiques. En 2013 : la sécurité de l'emploi est par exemple le critère numéro 1, il est aujourd'hui relégué au 4e niveau et vit depuis 2015 un reflux important dans la tête des français.

2) la rémunération reste un critère fondamental, même si l'ambiance de travail le challenge depuis 3 ans. Le salaire, garde sa place de leader

Autre composante : l’équilibre vie privée-vie professionnelle qui grimpe clairement depuis 5 ans. Les perspectives de carrières, elles clôturent ce top 5.

Conclusion : pas facile de faire tomber l'aéronautique de son piédestal dans la tête des français. Le seul vrai challenger : c'est le numérique, présent dans le classement seulement depuis 2017 qui fait clairement son trou.

Les marques du numérique s'impose surtout auprès des jeunes. Mais attention, Google tête de classement pour tous les français c'est pas encore pour tout de suite.