BFM Business

Et si le principal problème de la France ce n'était pas la compétitivité?

Depuis 2011, le coût du travail augmente moins vite en France qu'en Allemagne. Pourtant, c'est toujours outre-Rhin que les exportations progressent le plus.

Depuis 2011, le coût du travail augmente moins vite en France qu'en Allemagne. Pourtant, c'est toujours outre-Rhin que les exportations progressent le plus. - Jeff Pachoud - AFP

La France ne brille pas à l'export. Le constat est partagé unanimement, mais des économistes remettent en cause le diagnostic habituellement avancé pour expliquer ces mauvaises performances. Plutôt que d'un manque de compétitivité, le pays pâtirait surtout du choix des multinationales de délocaliser leurs usines.

Une fois n'est pas coutume, la France a de nouveau enregistré un déficit commercial en 2018. Il se chiffre cette fois-ci à 59,9 milliards d'euros. Pendant ce temps, ses voisins continuent d'engranger des milliards. L'excédent commercial de l'Allemagne, qui se tasse ces dernières années, a atteint 227,8 milliards d'euros, quand l'Italie affiche un surplus cumulé de 36,1 milliards d'euros sur les onze premiers mois de l'année.

Le mal français est connu: les exportations manquent cruellement de dynamisme. La plupart des secteurs ont perdu environ 40% de parts de marché en vingt ans, à l'exception de l'aéronautique où elles augmentent, notamment grâce à Airbus.

Le diagnostic selon lequel la France souffre d'un déficit de compétitivité est largement partagé. Pour y remédier, les politiques ont multiplié les mesures depuis la crise. 

"Ces dernières années on s'est concentré sur le coût du travail au niveau des bas salaires et le crédit d'impôt recherche", rappelle l'économiste Vincent Vicard. "Cette stratégie n'a pas eu d'effets probants en terme de compétitivité à l'export", constate-t-il dans une étude récente, coécrite avec deux autres chercheurs du CEPII, un centre de recherche spécialisé dans l'économie internationale.

Les auteurs ont alors commencé à explorer d'autres pistes, comme le fait que "l’économie française souffre plus d’une perte de sites de production industrielle que d’un défaut de compétitivité", écrivent-ils. Explications.

La baisse du coût du travail mal ciblée

On entend souvent cette petite musique selon laquelle: produire en France est trop cher. Ce déficit de compétitivité prix expliquerait pourquoi les autres grands pays européens sont meilleurs à l'export. Il est vrai qu'entre 1999 et la crise de 2008, le coût du travail a augmenté plus vite en France qu'en Allemagne. Cela explique, en partie, pourquoi la croissance des exportations françaises a été plus faible que celle des exportations allemandes sur cette période.

Mais depuis, ce principe ne se vérifie plus, remarque l'étude du CEPII. À partir de 2011, le coût du travail augmente moins vite en France qu'en Allemagne. Pourtant, c'est toujours outre-Rhin que la croissance des exportations est la plus forte.

Pourquoi? Parce que les mesures décidées pour réduire cet écart de coût du travail étaient mal ciblées. Entre l'instauration d'un Smic en Allemagne et les baisses de charges en France, l'écart s'est réduit principalement au niveau des bas salaires. Or, les entreprises exportatrices emploient à des salaires plus élevés, ces mesures ont donc peu joué sur leur compétitivité.

La France paie le manque de coordination en zone euro

Plus globalement, les auteurs pointent que la France paie le manque de coordination des politiques économiques dans la zone euro durant les années 2000. Quand des pays partagent la même monnaie, ils doivent coordonner leurs décisions. Or, c'était le grand bazar au début de l'euro. En Allemagne, les salariés n'ont pas ou peu été augmentés pendant plus d'une décennie, alors que les Espagnols ont eu droit à des augmentations trop fortes, surtout dans les années qui ont précédé la crise de 2008. Finalement, il n'y a qu'en France où le coût du travail a évolué quasi-normalement. 

Avec la crise financière puis celle de la zone euro, les pays ont commencé à corriger la situation: les salaires sont repartis à la hausse en Allemagne, ont été gelés en Espagne et la France a procédé à des exonérations de cotisations sociales. Reste qu'à ce rythme, il faudrait attendre encore un vingtaine d'années pour que ce rééquilibrage des coûts du travail soit terminé.

Coût du travail zone euro
Coût du travail zone euro © -

Des investissements mais pas plus d'exportations

De cette question du coût du travail découle une autre explication de la sous-performance tricolore à l'export. Il est fréquent d'entendre que, si l'Allemagne fait mieux, c'est parce que la baisse du coût du travail dans les années 2000 a permis aux entreprises de dégager plus de marges, plus de profits. Elles les ont ensuite réinvestis, par exemple dans l'achat de nouvelles machines pour améliorer la qualité des produits ou dans le marketing pour améliorer leur image de marque. En somme, pour améliorer ce qu'on appelle compétitivité hors prix.

Le rapport Gallois, pour la compétitivité de l'industrie française paru en 2012, a repris cette idée, prônant des mesures de baisse du coût du travail pour que les entreprises dégagent plus de marges et investissent. C'est toute la logique du CICE et du Pacte de responsabilité.

Pourtant, "il n'y a pas de différence majeure de niveau d'investissement entre la France et l'Allemagne sur les vingt dernières années", observe Vincent Vicard du CEPII. Ce n'est donc pas cela qui peut expliquer la différence de performances à l'export entre les deux pays. D'autant plus que l'investissement en Allemagne a chuté au début des années 2000, pile au moment où les exportations du pays décollaient. 

Concevoir en France et fabriquer à l'étranger

En revanche, les auteurs de l'étude ont relevé une spécificité française: les entreprises font peu d'investissements "matériels" (achat de machines), mais énormément d'"immatériels" (logiciels, recherche et développement...). Autrement dit, elles investissent beaucoup mais pas dans des activités de fabrication, ce qui pourraient expliquer pourquoi cela n'a pas d'effet probant sur les exportations.

Cette exception tricolore peut s'expliquer par le poids des multinationales dans l'économie et leur mode d'internationalisation. Les grands groupes auraient décidé de garder les activités de conception ainsi que leur siège social en France et de produire à l'étranger, suggère une étude de France stratégie et de la Fabrique de l'industrie (un organisme co-présidé par Louis Gallois) publiée en octobre. L'importance du crédit impôt recherche en France aurait accentué cette "dissociation", d'après l'étude du CEPII. 

Le secteur de l'automobile est un exemple révélateur de ce phénomène. Alors que deux Clio sur trois destinées à être vendues dans l'Hexagone sont produites en Turquie, le seul "technocentre" du groupe Renault (où sont conçus les véhicules) est toujours installé près de Versailles. Les autres marques françaises n'échappent pas à la règle. 

Pourquoi les entreprises françaises font-elles ce choix de tout fabriquer à l'étranger plutôt que d'exporter depuis la France? "Nous n'avons pas encore trouvé d'éléments clairs", concède Vincent Vicard. "Il faut plus d'études pour mieux comprendre ces dimensions", insiste-t-il.

Car des travaux plus approfondis feraient peut-être émerger un diagnostic bien différent de celui en vogue aujourd'hui. Dans ce cas, la politique du gouvernement, centrée sur l'innovation de rupture et l'accueil de centres de recherche dans l'intelligence artificielle, pourrait certes être positive pour l'économie en général mais ne suffirait pas à redresser le solde commercial français.

Jean-Christophe Catalon