BFM Business

Montebourg: "une trentaine de mesures" pour mettre fin aux monopoles

Arnaud Montebourg compte notamment s'attaquer aux monopoles.

Arnaud Montebourg compte notamment s'attaquer aux monopoles. - -

Le ministre de l'Economie a tenu, ce jeudi 10 juillet, une conférence où il a livré "sa feuille de route pour le redressement économique de la France". Il a, en particulier, annoncé une "trentaine de mesures" qui permettront de redonner six milliards d'euros de pouvoir d'achat.

Arnaud Montebourg veut passer de "pompier urgentiste" au rôle de "bâtisseur". Ce jeudi 10 juillet, le ministre de l'Economie a présenté sa feuille de route pour redynamiser la croissance française car les efforts accomplis par le ministre pour redresser l'appareil productif français "ne résument pas la politique économique".

"Nul ici n'attend la croissance venue du ciel" et "nous allons chercher nous-mêmes la croissance avec nos pelles et nos pioches" pour faire baisser le chômage, a-t-il déclaré. Il s'agit également de "renouer avec la classe moyenne" qui a déjà payé la crise et "ne doit pas payer la sortie de crise".

Soufflant un peu le chaud et le froid sur les patrons, le ministre a affirmé vouloir consacrer l'entrepreneur comme "un des piliers de la nation". Mais dans la foulée, il a prévenu:"les Français sont fiers de l'entreprise mais en retour ils veulent que les entreprises fassent travailler les Français".

Et Arnaud Montebourg de préciser que seules six branches professionnelles sur 40 ont négocié les contreparties du pacte de responsabilité, qu'il a qualifié de "sacrifice" de 40 milliards d'euros.

"Liberté, égalité, fraternité et créativité"

Le ministre a proposé une règle de "trois tiers" pour répartir les économies budgétaires: un tiers pour la réduction du déficit public, un tiers pour la baisse des prélèvements obligatoires sur les entreprises, et le troisième tiers sur la baisse de la fiscalité des ménages.

Arnaud Montebourg s'est ensuite attaqué à "la lutte contre les monopoles et les privilèges" qui "captent des revenus à la population" évoquant "les huissiers, les greffiers, les avocats, les prothésistes dentaires" pour lesquels les baisses de prix sont nécessaires, évoquant un nombre de 37 professions. Le but: lutter contre "la rente" générée par ces monopoles.

Arnaud Montebourg rendra ainsi public un rapport de l'inspection générale des finances "pour créer la transparence en ouvrant le débat".

La loi de croissance et de pouvoir d'achat qui "sera travaillée tout l'été" comportera une trentaine de mesures dans ce sens, a-t-il indiqué. Ces mesures doivent restituer "six milliards d'euros" aux Français. 

Il a également affirmé sa volonté d'investir dans les nouvelles technologies. "Si je devais rajouter un mot à notre devise liberté, égalité, fraternité, ce serait créativité", a-t-il en ce sens déclaré.

L'Europe "l'école de la contre-performance"

Enfin, dans une nouvelle diatribe contre l'euro fort, le ministre de l'Economie a affirmé qu'il est "indispensable que la Banque centrale européenne aille plus loin en procédant à des achats de dettes publiques" comme "le font toutes les banques centrales".

Une autre de ses bêtes noires est revenue dans son discours: l'Union européenne. "Notre pays a le devoir de dire quand l'Union européenne fait fausse route", a-t-il assuré, jugeant que "l'Europe n'est pas une école des bons et mauvais élèves et si c'en est une c'est l'école de la contre-performance". A ce sujet, Arnaud Montebourg n'a eu de cesse de rappeler les mauvais chiffres du chômage dans l'Union européenne, tenant pour responsable la Commission européenne.

J.M.