BFM Business

Les entreprises cotiseront moins pour le fond de garantie des salaires

La baisse actée par le régime AGS va faire passer le taux de cotisation des entreprises de 0,25% à 0,20% de la masse salariale, à compter du 1er janvier 2017.

La baisse actée par le régime AGS va faire passer le taux de cotisation des entreprises de 0,25% à 0,20% de la masse salariale, à compter du 1er janvier 2017. - Mychele Daniau-AFP

Le régime de garantie des salaires baissera en 2017 le taux des cotisations prélevées auprès des entreprises, en raison du recul du nombre de défaillances de sociétés.

Les entreprises vont voir une cotisation baisser au 1er janvier 2017. Le conseil d'administration de l'AGS (le régime de garantie des salaires), va faire passer le taux de cotisation de 0,25% à 0,20% de la masse salariale, "à compter du 1er janvier 2017. Selon l'AGS, elle sera appliquée pour tenir compte "du recul du nombre des défaillances d'entreprises et de ses impacts sur les interventions du régime de garantie" mais aussi "des prévisions conjoncturelles pour l'année 2017".

Le conseil d'administration de l'AGS "a voulu adresser un signe fort aux entreprises cotisantes qui ont manifesté une solidarité sans faille pendant les dernières années de crise", souligne le communiqué.

L'environnement économique demeure fragile selon l'AGS

Les responsables de l'AGS préviennent toutefois que l'environnement économique "demeure fragile, avec des incertitudes qui continueront à peser sur la situation des entreprises".

Organisme patronal financé par les cotisations des entreprises, l'AGS assure le paiement des salaires et indemnités des entreprises en difficulté (redressement, liquidation judiciaire, voire procédure de sauvegarde). Elle se charge ensuite de récupérer, quand c'est possible, les sommes avancées.

Selon une étude de l'assureur-crédit Coface publiée jeudi, le nombre de défaillances d'entreprises devrait baisser de 3,8% en 2016, puis de 1% en 2017. Au troisième trimestre 2016, 58.970 entreprises défaillantes ont ainsi été comptabilisées.

F.B avec AFP