BFM Business

Le Fort de Brégançon coûte 630 euros par jour à l'Etat

Brégançon reste l'une des dernières résidences des présidents français.

Brégançon reste l'une des dernières résidences des présidents français. - -

François Hollande a décidé de passer ses vacances au Fort de Brégançon. L'entretien de cette résidence présidentielle coûte chaque année 230 000 euros au budget de l'Elysée. Soit 630 euros par jour.

Contrairement à son prédécesseur, François Hollande va passer ses vacances à Brégançon où il est arrivé en train, jeudi soir, avec sa compagne.

Ce fort du Var reste l'une des deux résidences officielles des chefs d'Etat français avec l'Elysée. Jusqu'en 2010, Rambouillet et Marly-le-Roi, dans les Yvelines, faisaient partie de la liste. Mais Nicolas Sarkozy a décidé de les "rendre" au patrimoine de l'Etat, aucun président ne les utilisait plus depuis longtemps. Quant au château de Souzy-la-Briche, dans l'Essonne, qu'affectionnait François Mitterrand, il a été vendu en 2009.

A l'inverse, le prédécesseur de François Hollande a souhaité pouvoir profiter du Pavillon de la Lanterne, situé dans le parc de Versailles, pour ses fins de semaine. Jusque-là, cette résidence avec tennis et piscine était réservée aux premiers ministres. Chaque année, l'Elysée verse donc 100 000 euros à Matignon pour pouvoir l'utiliser. A son arrivée, François Hollande a fait savoir qu'il souhaitait continuer à profiter du lieu.

135 000 euros de charges salariales

Selon la Cour des comptes, les charges de fonctionnement de Brégançon s'élèvent à près de 230 000 euros par an, alors que Marly-le-Roi coûtait 330 000 euros, Souzy 234 000 euros et Rambouillet 1,2 million.

Sur les 230 000 euros de Brégançon, 135 000 euros sont consacrés aux rémunérations des gardiens et du personnel d'entretien durant l'année. Les diverses fournitures (électricité, communications...) et la maintenance absorbent 35 000 euros. L'entretien courant du fort revient à 30 000 euros par an au budget de l'Elysée.

Mais les grosses réparations sont prises en charge par le ministère de la Culture qui consacre chaque année près de 5 millions d'euros pour la restauration des résidences présidentielles, principalement l'Elysée.

Patrick Coquidé