BFM Business

La lutte contre le terrorisme coûte moins de 30 euros par Français

-

- - Martin Bureau - AFP

Selon nos estimations, les créations de postes annoncées hier par le Président devraient faire gonfler la note de la lutte anti-terroriste à 1,77 milliard d'euros, soit 27 euros par Français. C'est presque 12 fois moins que ce que dépensent les États-Unis.

Combien coûte la lutte contre le terrorisme? Interrogé par CNN, un spécialiste américain des questions budgétaires de sécurité estime que les États-Unis y consacrent 100 milliards de dollars par an. Soit 314 dollars par Américain. Une somme colossale qui ferait des États-Unis le premier contributeur mondial -et de loin- dans la lutte anti-terroriste. Le pays dépenserait plus que les sept pays suivants selon le Stockholm International Peace Research Institute.

Les dépenses américaines en la matière seraient supérieures à celles combinées de la Chine, la Russie, l'Arabie Saoudite, la France, le Royaume-Uni, l'Inde et l'Allemagne. Mais ces dépenses comprennent aussi les interventions militaires sur des théâtres d'opération à l'étranger. Or les États-Unis sont bien plus engagés que les autres pays (Afghanistan, Irak, Syrie...).

Mais combien dépense précisément la France? Et que représente, à ce titre, la création de 8.500 postes de policiers, gendarmes, douaniers, juges et gardiens de prisons annoncée lundi par François Hollande? Le ministre des Finances Michel Sapin a annoncé devant le Sénat une enveloppe de "600 millions d'euros" en 2016 pour ces nouveaux moyens.

Avant les attentats de janvier dernier, la facture s'élevait à 1,2 milliard d'euros selon la délégation parlementaire du renseignement. Une somme répartie entre différents ministères: l'Intérieur avec la DGSI (200 millions d'euros), la Défense avec la DGSE, la DRM, la DPSD (960 millions) et les Finances avec Tracfin et DNRED (72 millions).

Une somme pas si énorme

Une somme qui va enfler dans les années à venir. Après les attentats de janvier, le Premier ministre a annoncé un investissement supplémentaire de 735 millions d'euros sur trois ans avec l'embauche de 2.680 agents supplémentaires (310 millions d'euros) et des investissements en matériel (425 millions). Cette somme (qui représente 245 millions par an) vient donc s'ajouter au 1,2 milliard précédents, soit 1,45 milliard. 

Mais il faut aussi y intégrer les engagements pris ce lundi 16 novembre par le président de la République devant les parlementaires. Et notamment la création des 8.500 postes pour renforcer les effectifs des agents de l'État intervenant dans la lutte contre le terrorisme. Pour quel coût? Si on extrapole les chiffres de l'investissement annoncé en janvier (310 millions pour 2.680 agents) cela représenterait 980 millions d'euros de plus sur trois ans. Soit aux alentours de 320 millions d'euros par an.

Cela porte donc le total de la lutte contre Daesh à 1,77 milliard d'euros par an. Cette somme peut paraître importante mais elle ne représente que 27 euros par Français. Ou par ménage, 63 euros. À titre de comparaison, la dissuasion nucléaire coûte 3,5 milliards d'euros par an, soit 53 euros par Français. 

Une heure de Charles-de-Gaulle: 50.000 euros

Ce chiffre ne prend néanmoins pas en compte le coût des interventions militaires françaises à l'étranger qui sont le deuxième levier dans la lutte anti-terroriste française. L'opération en Centrafrique aurait coûté 100 millions d'euros, celle au Mali a été bien plus coûteuse puisqu'elle a généré une dépense totale de 650 millions d'euros selon l'État-major.

Combien va coûter le renforcement de l'intervention française en Syrie? Impossible à estimer tant on en ignore la portée (intervention au sol?) et la durée. Néanmoins, voici quelques données qui permettent d'éclairer le montant de ce type d'opérations. Selon les experts militaires, le plus coûteux ce sont les munitions. Une bombe coûte (un missile air-sol) coûterait entre 250.000 et 350.000 euros. L'heure de vol d'un Rafale est estimée entre 10.000 et 13.000 euros. Un peu plus que celle d'un Mirage (10 à 11.000 euros). Enfin, l'annonce de l'arrivée prochaine du porte-avions Charles-de-Gaulle en Méditerranée pourrait saler l'addition. Selon L'Expansion, une heure d'intervention du géant coûterait donc aux alentours de 50.000 euros.

Frédéric Bianchi