BFM Business

La France va accorder un prêt de 430 millions d'euros à l'Irak

La France va accorder un prêt de 430 millions d'euros en 2017 à l'Irak dont le budget est fortement grevé par la lutte contre les jihadistes et la chute des cours du pétrole

La France va accorder un prêt de 430 millions d'euros en 2017 à l'Irak dont le budget est fortement grevé par la lutte contre les jihadistes et la chute des cours du pétrole - HAIDAR MOHAMMED ALI-AFP

La France va accorder un prêt de 430 millions d'euros en 2017 à l'Irak dont le budget est fortement grevé par la lutte contre les jihadistes et la chute des cours du pétrole.

La France va accorder un prêt de 430 millions d'euros en 2017 à l'Irak dont le budget est fortement grevé par la lutte contre les jihadistes présents sur son territoire et la chute des cours du pétrole dont il dépend très fortement pour ses exportations, a annoncé ce samedi 26 août, le ministère français des Affaires étrangères à l'AFP.

Il s'agit d'un prêt de soutien budgétaire pour encourager des réformes de fond et l'assainissement financier du pays. Ce prêt impose, comme ceux de la Banque mondiale, l'amélioration de la gestion des finances publiques et de la gouvernance des entreprises publiques ainsi qu'une plus grande efficacité énergétique.

L'enveloppe pour l'Irak représente un effort important pour la France

L'enveloppe de 430 millions d'euros représente toutefois un effort important pour la France au regard de ses contraintes budgétaires. Emmanuel Macron, a notamment décidé de réduire de 850 millions d'euros les crédits destinés à l'achat d'équipements militaires en 2017. La facture de la reconstruction irakienne est estimée entre 700 et 1.000 milliards de dollars après de longs et violents combats pour la reconquête de bastions jihadistes comme Mossoul.

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a indiqué au Premier ministre irakien Haider al-Abadi lors d'un entretien à la mi-journée à Bagdad que les fonds seraient débloqués avant la fin de l'année, a-t-on précisé de même source.

D'autres pays ont déjà accordé des prêts de soutien budgétaire ou d'investissement à l'Irak comme l'Allemagne (500 millions d'euros).

BFMBusiness avec AFP