BFM Business

Hervé Morin: "réduire les crédits militaires serait criminel"

Hervé Morin sur BFM Business ce jeudi 21 mars

Hervé Morin sur BFM Business ce jeudi 21 mars - -

Vendredi 22 mars, le "Livre blanc" de la défense, qui posera les bases de la stratégie en matière de défense pour la période 2014-2019, sera examiné en conseil de défense à l’Elysée. Sur BFM Business, ce jeudi 21 mars, Hervé Morin, ancien ministre de la Défense, a craint une réduction des crédits.

"Réduire les crédits de la Défense serait criminel !". Hervé Morin, ancien ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy et président du Nouveau Centre, l'a réaffirmé haut et fort sur le plateau de BFMBusiness ce jeudi 21 mars.

Selon lui, il est évident que le format des armées du livre blanc de 2008 – construit sur deux lois de programmation militaire (2008-2014 et 2014-2020) - n’est plus atteignable. Il y a des pistes à explorer comme l’extinction de la composante aérienne de notre force nucléaire ou la réduction du volume du nombre d'avions de combats. Mais "si on réduit nos crédits, on détruit totalement notre outil de défense", pronostique-t-il.

Il s'exprimait à la veille d'une échéance importante. Vendredi 22 mars, le nouveau "Livre blanc" de la défense doit, en effet, faire l'objet d'un conseil de défense à L'Elysée.

Crise des finances publiques

Cette réunion, qui sera suivie de plusieurs autres, est appelée à nourrir la réflexion sur la Loi de programmation militaire attendue avant la fin de l'année, alors que des parlementaires et des industriels du secteur l'espéraient avant l'été.

"Les conclusions du Livre blanc seront soumises prochainement au président de la République (...) à la suite de quoi il y aura dépôt devant l'Assemblée nationale à l'automne d'une loi de programmation militaire qui intègrera le budget 2014", a déclaré Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, devant l'Assemblée nationale, mercredi 20 mars.

Celui-ci n'a pas caché la difficulté de l'exercice à venir, alors que certains craignent une baisse du budget de la défense en dessous de 1,5% du PIB, son niveau actuel. "Nous sommes dans une crise des finances publiques et il faut, pour nous comme pour les autres pays du monde et singulièrement les pays européens, tenir compte des contraintes budgétaires", a-t-il dit.

Le futur budget de la Défense (38 milliards d'euros avec les pensions en 2013), qui a déjà fait l'objet de plusieurs réunions, y compris en présence du Premier ministre et du président de la République, fait partie des dossiers prioritaires du nouveau ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve.

>> Lire aussi- Budget de la Défense: Bras de fer Cahuzac-Le Drian en perspective

D.L.