BFM Business

Egalité hommes-femmes: 4 milliards d'argent public en suspens?

Photo prise le 6 avril 1984, d'une campagne lancée par le ministère des droits de la femme en faveur de l'égalité homme-femme.

Photo prise le 6 avril 1984, d'une campagne lancée par le ministère des droits de la femme en faveur de l'égalité homme-femme. - Julien Cassagne - AFP

Le Haut conseil à l'égalité rendait ce 20 octobre son rapport sur la lutte contre les stéréotypes sexistes. Il préconise de conditionner le versement de 4 milliards de dotation aux bonnes pratiques des destinataires de cet argent public.

Et si l'Etat frappait médias et communicants au portefeuille pour favoriser la parité? La proposition choc du Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) va dans ce sens. L'instance remettait ce 20 octobre son rapport sur la lutte contre les stéréotypes de sexe à la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Elle y propose de conditionner l'octroi d'argent public à l'adoption de bonnes pratiques.

Plus précisément, le HCEfh y préconise de suspendre les 4 milliards d'argent public que touchent normalement médias, éditeurs de manuels scolaires et communicants institutionnels à leur lutte contre les clichés sexistes.

Les femmes comme objets de désir, passives 

Le Haut conseil estime en effet qu'à la télé, à la radio, dans les livres scolaires ou dans la communication institutionnelle, "des représentations stéréotypées des femmes et des hommes subsistent". Notamment "un enfermement des femmes dans certains rôles et situations dévalorisées et dévalorisantes: objets de désir, passives, expertes du foyer, en position professionnelle subalterne, etc." Or ces stéréotypes empêchent, selon l'institution, une lutte efficace pour l'égalité réelle entre les sexes..

Pour y remédier, le conseil formule plus d'une trentaine de recommandations, dont la subordination de "tout ou partie des financements publics transférés à un tiers au respect de l’égalité femmes-hommes et à la lutte contre les stéréotypes de sexe".

Parmi les dotations visées, le Haut conseil cite la contribution à l'audiovisuel public, dont le montant total atteint 3 milliards d'euros, le marché de la communication institutionnelle, pour 880 millions d'euros, et le marché des manuels scolaires, pour 281 millions d'euros. Soit 4,2 milliards d'euros au total. 

Nina Godart