BFM Business

Croissance: Bruno Le Maire table sur 1,8% pour cette année

Bruno Le Maire table sur une croissance plus forte que celle contenue dans le Budget

Bruno Le Maire table sur une croissance plus forte que celle contenue dans le Budget - Christophe Archambault -AFP

Le ministre de l'Économie estime que le PIB progressera un peu plus que ce que les 1,7% prévus dans le budget pour 2018. Il a ainsi indiqué dans l'émission le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI miser sur 1,8%.

Bruno Le Maire se veut confiant sur la conjoncture française. Le ministre de l'Économie a estimé dimanche que la croissance française serait plus élevée qu'attendu et anticipe une hausse de 1,8% du PIB pour 2017, au lieu de 1,7% prévu par le gouvernement pour son budget.

"Je pense que nous ferons mieux, autour de 1,8% en 2017. J'espère et je souhaite que nous fassions plus que 1,7%. Nos prévisions sont basées sur 1,7%, elles ont été jugées sincères" par le Haut conseil des finances publiques, a ajouté Bruno Le Maire, lors de l'émission Le Grand Jury sur RTL/Le Figaro/LCI.

La prudence dans les prévisions

Le gouvernement a construit son budget 2018, premier budget de la présidence Macron en se basant sur une croissance de l'économie française de 1,7%.

Cette prévision est jugée "raisonnable" par le Haut conseil des finances publiques (HCFP), organe indépendant chargé de valider les prévisions budgétaires du gouvernement.

Le gouvernement se veut également prudent pour le reste du quinquennat. D'après ses prévisions, la croissance devrait stagner à 1,7% jusqu'en 2021, puis se hisser à 1,8% en 2022, malgré les réformes prévues pour stimuler l'activité.

Bruno Le Maire a confirmé la prévision de 1,7% pour l'an prochain tout en souhaitant que la France fasse mieux."Tant mieux si nous avons de bonnes surprises", a déclaré Bruno Le Maire, tout en se disant attaché à cette "prudence".

"Les efforts des retraités ne seront pas vain"

Le ministre de l'Économie, évoquant la hausse de 1,7 point de CSG qui frappera les retraités le 1er janvier prochain, a ensuite déclaré avoir "conscience de l'effort que nous demandons aux retraités". "Mais leur effort ne sera pas vain, il est pour ceux qui travaillent, pour financer la formation des jeunes qui n'ont pas d'emploi", a-t-il assuré.

Le ministre de l'Économie a cherché à rassurer les retraités en rappelant que, "pour le moment ils ne le voient pas, mais nous allons supprimer leur taxe d'habitation et nous allons augmenter le minimum vieillesse".

"Nous leur demandons un effort mais il est moins important que ce l'on veut bien en dire", a également assuré Bruno Le Maire.

J.M. avec AFP