BFM Business

Espagne: la croissance ne crée pas d'emplois

François Hollande reçoit ce mardi le nouveau roi d'Espagne.

François Hollande reçoit ce mardi le nouveau roi d'Espagne. - -

En Espagne, l'économie a beau être repartie après les cures d'austérité massives, l'emploi ne repart toujours pas. Le taux de chômage espagnol est le deuxième plus élevé d'Europe.

Deux jours à l'heure espagnole pour l'exécutif français. Ce mardi 22 juillet, François Hollande reçoit le nouveau roi d'Espagne. Mercredi, Manuel Valls va à Madrid. Au programme, discussion de travail avec Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol puis une rencontre avec des personnalités de la sphère économique.

L'Espagne qui a réussi en deux ans à redresser son économie mais qui peine, en revanche, à faire baisser son taux de chômage quasi-record. C'est le paradoxe espagnol: un retour de la croissance qui ne se traduit pas par des créations d'emploi.

Taux de chômage à près de 26%

La cure d'austérité dans laquelle s'est lancée l'Espagne depuis 2012 a restauré la compétitivité du pays, notamment grâce à une baisse importante des salaires qui a rendu l'Espagne très attractive.

Le pays est ainsi sorti de la récession. Au premier trimestre cette année, il a même connu sa croissance la plus forte depuis 2008, et la production industrielle est en progression de 2,5% sur un an.

Mais le taux de chômage lui, est toujours, à des niveaux quasi-record. Le pays compte encore 4.450.000 chômeurs. Avec un taux de chômage de quasiment 26%, l'Espagne occupe en Europe la triste deuxième place, juste derrière la Grèce.

Parmi les plus concernés, les salariés du secteur du bâtiment - particulièrement touché par la crise. Autre record, le chômage des jeunes qui dépasse les 50%. L'Espagne voit d'ailleurs ses jeunes diplômés fuir le pays, en masse. Entre 2011 et 2013, 365.000 jeunes de moins de 30 ans ont quitté leur pays.

Isabelle Gollentz