BFM Business

Christian Estrosi juge insuffisante l'offre de Manas pour Heuliez

Christian Estrosi juge insuffisante une offre de reprise de l'équipementier automobile Heuliez émanant de l'investisseur turc Alphan Manas. Ce dernier, considéré jusqu'à présent comme le candidat le plus solide, propose d'apporter 10 millions d'euros pour

Christian Estrosi juge insuffisante une offre de reprise de l'équipementier automobile Heuliez émanant de l'investisseur turc Alphan Manas. Ce dernier, considéré jusqu'à présent comme le candidat le plus solide, propose d'apporter 10 millions d'euros pour - -

PARIS - Christian Estrosi juge insuffisante une offre de reprise de l'équipementier automobile Heuliez émanant de l'investisseur turc Alphan Manas....

PARIS (Reuters) - Christian Estrosi juge insuffisante une offre de reprise de l'équipementier automobile Heuliez émanant de l'investisseur turc Alphan Manas.

Ce dernier, considéré jusqu'à présent comme le candidat le plus solide, propose d'apporter 10 millions d'euros pour 15% du capital de l'entreprise basée à Cerizay, dans les Deux-Sèvres.

"C'est insuffisant (...), il faut aller plus loin", a déclaré le ministre de l'Industrie lors d'une conférence de presse à Paris.

"Des industriels français, américains, allemands ont fait connaître leur intérêt", a-t-il ajouté, précisant que les dossiers seraient examinés "un par un".

Fin février, Heuliez avait annoncé entrer en discussions exclusives avec le fonds BrightWell d'Alphan Manas en vue d'un apport de 20 millions d'euros au capital.

Deux semaines plus tard, la direction avait indiqué que des négociations avaient repris avec d'autres investisseurs potentiels.

Alphan Manas confirme dans un communiqué avoir présenté cette offre et annonce son intention de mener "un rôle actif dans les négociations relatives à Heuliez avec d'autres investisseurs et parties", citant des "fonds privés".

"L'offre envisage la production de la Mia d'Heuliez (un modèle électrique trois places qui doit être commercialisé en octobre 2010-NDLR) dans les installations d'Heuliez à Cerizay, en France, tandis que les nouveaux modèles de voitures électriques seront conçus en Turquie", peut-on y lire.

Heuliez, qui emploie environ 640 personnes, a été placé en redressement judiciaire il y a près d'un an.

Son avenir dépend pour l'essentiel du développement de la Mia, qui a été présentée au dernier salon de Genève.

Les autres activités d'Heuliez comme l'emboutissage ont fortement ralenti ces dernières années.

L'Etat a promis un apport de 10 millions d'euros via le FSI et la région Poitou-Charentes s'est engagée à hauteur de cinq millions d'euros.

Pascale Denis et Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse