BFM Business

Voilà les jouets qui risquent d'être en rupture de stock pour Noël

Alors que les Français commencent à recevoir les catalogues de jouets de Noel, les magasins s'attendent déjà à des ruptures de stock sur certains produits...

N'attendez pas pour faire vos achats de jouets, il n'y en aura peut-être pas pour tout le monde. Voilà le conseil que donnent déjà les enseignes de magasins de jouets alors que les achats de Noël viennent à peine de commencer et que les catalogues de jouets ne sont pas encore tous arrivés dans les boîtes aux lettres. 

Car si les ventes de jouets ne sont pas au mieux depuis le début de l'année (-3,2% de chiffre d'affaires entre janvier et septembre dernier), la fin d'année pourrait voir la tendance s'inverser avec des achats au plus haut.

"Il y a un optimisme sur cette fin d'année, on le sent, explique Franck Mathais, le porte-parole des magasins JouéClub. On s'attend en cette fin d'année à une hausse des dépenses."

Le budget jouets qui est relativement stable depuis quelques années à 130 euros par famille (et 250 euros par enfant) pourrait donc enfler en 2018.

100.000 boîtes de Burger Quiz, pas une de plus

Et qui dit hausse des dépenses dit risque de rupture sur certains jouets stars. Et c'est un vrai casse-tête pour les magasins et les sites de vente qui sont actuellement en train de gonfler leurs stocks.

"Durant les périodes d'achats de Noël, nous n'avons pas forcément plus de références de produits (aux alentours de 10.000 dans nos magasins), explique Franck Mathais. En revanche, nous doublons, triplons les stocks, on remplit les allées!"

Mais l'enjeux principal pour les vendeurs de jouets c'est le réassort. Car si les commandes de jouets de Noël sont passées un an à l'avance (les enseignes préparent actuellement Noël 2019), il faut pouvoir le cas échéant effectuer des réassorts en cas de forte demande imprévue. Sauf que c'est de plus en plus difficile voire impossible lorsqu'il s'agit de jouets fabriqués en Asie (soit l'essentiel des cadeaux qui seront au pied du sapin cette année).

Et même pour certains jouets fabriqués en Europe comme le jeu de société Burger Quiz. La boîte du jeu animé par Alain Chabat de TMC risque de rapidement disparaître des étals des magasins. "L'éditeur du jeu Dujardin nous a dit qu'il ne pourrait plus en livrer nous en livrer plus. Or avec le succès de l'émission, la demande explose depuis quelques temps", assure Franck Mathais. Selon nos informations, 100.000 boîtes de jeux sont actuellement en vente en France et il n'y en aura donc pas une de plus. 

Burger Quiz
Burger Quiz © JouéClub

Autre produit qui risque de manquer à l'appel: la poupée Luvabella du fabricant canadien Spin Master. Malgré son prix conséquent (90 euros), cette poupée capable d'interagir avec l'enfant grâce à son intelligence artificielle intégrée pourrait elle aussi faire des déçus. C'est la poupée que les enfants mettront en tête sur la liste du Père Noël. Un segment des poupées d'ailleurs qui est un des seuls à bien se porter sur le marché du jouet. Entre janvier et septembre, leurs ventes ont progressé de plus de 6%.

LuvaBella
LuvaBella © Amazon

Deux autres jouets devraient faire un carton sur cette fin d'année: une innovation et une valeur sûre. La première c'est le jeu Gravitrax. Il s'agit d'un système de circuit dans lequel il faut amener les billes à leur destination en utilisant le magnétisme, la cinétique et la gravité. Selon JouéClub, le kit starter vendu 40 euros sera aussi en rupture.

Gravitax
Gravitax © Amazon

Enfin, la star des cours de récré aussi pourrait manquer. Il s'agit des fameuses poupées LOL. Ce phénomène plébiscité par les petites filles continue de battre des records de vente. Le modèle Under Wraps en particulier sera très rare lui aussi en décembre.

Poupée Lol
Poupée Lol © JouéClub
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco