BFM Business

Origine France Garantie, un label qui séduit de plus en plus d'industriels

-

- - C’est la transformation du verre borosilicate dans l'usine Pyrex de Châteauroux qui confère à la marque sa renommée dans le domaine du fabriqué français.

Les plats en verre fabriqués par Pyrex à Châteauroux ont décroché le label qui garantit qu'au moins 50% du prix de revient du produit est généré en France. Depuis 2011, 600 sociétés ont déjà joué le jeu de ce certificat lancé pour valoriser production et emploi industriel dans l'Hexagone.

Longtemps la société Pyrex a pensé qu'il suffisait de graver "made in France" sur ses plats en verre pour séduire les consommateurs patriotes ou simplement en quête de qualité. Sauf que pour se différencier de la concurrence, un autre label, autrement plus crédible, a vu le jour fin 2010. Et qu'il séduit de plus en plus d'industriels. 

Son nom? Origine France garantie. Pyrex, qui continue à produire ses articles ménagers à Châteauroux (Indre), s'est donc décidé à décrocher ce label privé créé par l'ex-ministre Yves Jego et son association France Pro, pour promouvoir le "produire en France". Et l'industriel vient de le décrocher après un audit complet certifiant l'origine française de sa production

-
- © Le four de l'usine Pyrex, qui fait fondre du verre borosilicate, a bénéficié de 6 millions d'euros de travaux de réfection en 2017.

La société est détenue depuis 2014 par le fonds américain Aurora Capital après avoir appartenu au groupe français Arc International, lui même repris par un autre fonds américain.

Les dirigeants de l'industriel ont reçu leur label des mains d'Yves Jego sur le site de l'usine de Châteauroux où est fabriqué le verre borosilicate (résistant à la chaleur) qui confère à la marque sa renommée internationale. Dans cette usine castelroussine, un gigantesque four fait fondre ce matériau utilisé pour les plats en verre Pyrex.

L'obtention de ce label offre aux entreprises qui le sollicitent une indication de l’origine plus "distinctive" que les simples allégations commerciales, liées au "made in France".

La notion de "fabriqué en" ou de "produit en" reste en effet déclarative en France et en Europe, rappelle le guide du marquage d'origine publié par la direction générale des entreprises de Bercy. "De plus, la complexité croissante des processus industriels rend difficile la détermination de l’origine d’un produit. Doit-on prendre en compte l’origine des matières premières (dont beaucoup, comme le coton, ne sont pas disponibles en France) ou seulement les étapes de fabrication?" souligne ce document.

Toyota a obtenu le label pour ses voitures produites à Valenciennes

En l'occurrence la label OFG ne peut être obtenu que si au moins 50% du prix de revient unitaire d'un produit est originaire de France. Il requiert un audit et une certification (payants) délivré par un organisme tiers agréé (cf encadré).

En six ans d'existence, depuis sa présentation officielle à l'Assemblée nationale en mai 2011, ce label a déjà été obtenu par 600 entreprises et 2000 produits. Si des "gloires" nationales anciennes comme le papier Canson ou plus récentes, comme les lunettes Atol l'ont décroché, Il n'est pas réservé aux entreprises d'origine française. Aussi bien Pyrex (à capitaux américains) que les voitures Toyota produites à Valenciennes, ont obtenu le label OFG, gage d'une stratégie marketing orienté l'origine du produit.

D'autres labels valorisent la production industrielle française

Afin de lutter contre la prolifération de logos hétérogènes, pas toujours rigoureux sur l’origine française des produits industriels ou agricoles, des initiatives (publiques ou privées) ont vu le jour pour valoriser l'origine hexagonale des biens de consommation.

  • Depuis la loi Hamon de 2014, le régime des indications géographiques s'est ouvert aux produits industriels et artisanaux sous l'égide de l'Inpi. C'est le cas notamment du granit de Bretagne que transforme des dizaines d'entreprises et qui a bénéficié d'une des premières homologations du genre.
  • Le label Entreprise du patrimoine vivant (EPV) distingue un savoir-faire artisanal ou industriel d'excellence. Attribué par l'État pour cinq ans, il est détenu par 1400 entreprises françaises (Armor-Lux, Paraboot, Champagne Roederer,...).
  • Le label "Terre Textile" a été élaboré par les industriels du secteur pour les produits bénéficiant d'au moins trois-quarts d'opérations de production en France dans des territoires de tradition textile: Vosges, Nord,...

Comment obtient-on le label Origine France Garantie ?

Concernant des produits alimentaires comme non alimentaires, le label promu par l'association Pro France, suppose le respect de deux critères :

• 50% du prix unitaire de revient doit être acquis en France. Il s'agit du prix du produit sortie d’usine, d’atelier ou d’exploitation. Par exemple, un appareil électroménager fabriqué en France (de l’assemblage des composants aux finitions) mais dont la part française du prix de revient représente seulement 45% ne peut pas prétendre au label. À noter que les dépenses de commercialisation et de marketing, contrairement à la R&D, ne sont pas prises en compte dans le calcul du prix de revient, puisqu’en raison de leur importance, elles dévoieraient la vocation primaire du label qui est de favoriser le maintien d’emplois industriels ;

• le produit doit prendre ses "caractéristiques essentielles" en France. Pour un bien industriel, c'est bien le lieu de fabrication où il a pris ses caractéristiques principales, qui importe. Par exemple, une chemise confectionnée à l'étranger et sur laquelle aurait été cousu en France un blason ou un signe distinctif, ne peut prétendre à ce label.

Pour faire reconnaître le respect de ces critères, un audit de certification est obligatoire, le label étant lié à un cahier des charges. Ce contrôle est réalisé par un tiers agréé à savoir, l'Afnor, Bureau Veritas, CERIB, FCBA et SGS. La gamme de produits labellisés se voit alors attribuer un numéro unique de certification. A la fin des trois années de labellisation, l’entreprise doit demander le renouvellement de son label.

Frédéric Bergé