BFM Business

Le propriétaire du plus vieux sex shop du monde dépose le bilan

Un passant devant la vitrine d'un sex shop

Un passant devant la vitrine d'un sex shop - JohnMacDougall - AFP

Le groupe allemand Beate Uhse, qui a ouvert son premier sex shop en 1962, a demandé sa mise en insolvabilité. Cotée à Francfort, cette société n'a pas su s'adapter à l'émergence d'internet. Ses filiales allemandes et néerlandaises ne mettront pas la clé sous la porte.

Pionnier de la vente d'articles pornographiques et érotiques, Beate Uhse AG a annoncé vendredi avoir demandé sa mise en insolvabilité. Cette emblématique entreprise allemande est plombée par des dettes et un virage raté vers l'internet.

Le président du conseil d'administration de Beate Uhse AG, Michael Specht, a décidé d'entamer cette procédure afin que l'entreprise "assure de façon durable le redressement de l'ensemble du groupe", a indiqué dans un communiqué l'entreprise sise à Flensburg (Schleswig-Holstein).

Cette demande de mise en redressement concerne la holding Beate Uhse AG mais pas "ses filiales situées en Allemagne et aux Pays-Bas (qui) vont maintenir sans réserves leurs activités", précise le communiqué.

Une ancienne pilote de la Luftwaffe

Confronté à un besoin urgent de liquidités, le géant du sexe avait contracté un prêt à hauteur de 30 millions d'euros qu'il s'est avéré incapable de rembourser. Beate Uhse a tenté en vain d'obtenir auprès de ses créanciers un rééchelonnement, avant de se résoudre à enclencher la procédure de dépôt de bilan, indique l'agence de presse allemande DPA.

Avec cette procédure, "nous empruntons un chemin par lequel nous sommes confiants dans notre capacité à redresser le groupe dans son ensemble", a indiqué Michael Specht, cité par DPA.

Fondé en 1951 par Beate Uhse, une des rares femmes pilotes de l'armée de l'air allemande pendant la Deuxième guerre mondiale, l'entreprise a ouvert en 1962 son premier sex-shop à Flensburg. Ce magasin baptisé "Commerce spécialisé dans l'hygiène maritale" était le premier de ce genre dans le monde.

Entrée en Bourse de Francfort en 1999 -une première pour une entreprise de produits érotiques-, l'entreprise avait par la suite piqué du nez, concurrencée notamment par la pornographie et le commerce en ligne. L'action Beate Uhse perdait plus de 2% vendredi et ne valait plus que 0,09 euro, son plus bas niveau depuis 10 ans.

J.M.avec AFP