BFM Business

"Il n'y aura pas de pénurie" dans les supermarchés, assure Dominique Schelcher, le patron de Système U

Le président du 4e distributeur français constate bien "une accélération des ventes depuis 10 jours" à cause de l'épidémie de coronavirus mais souligne qu'il n'y pas d'inquiétudes sur l'approvisionnement en denrées alimentaires.

Les images de rayons de supermarchés vides, voire de clients qui se battent pour du papier toilette en Australie ont marqué les esprits. En France, Dominique Schelcher, président de Système U (4e distributeur français), confirme sur BFM Business une "accélération des achats de précaution depuis 10 jours", sans panique notable néanmoins. 

Reste que la propagation de l'épidémie de coronavirus combinée à ces achats de précaution nombreux et impulsifs peuvent-il provoquer un début de pénurie de denrées alimentaires en France? "Il n'y aura pas de pénurie", souligne le responsable.

"Les grandes usines agroalimentaires, elles sont en France"

"La chaîne logistique est complètement intacte (...). Certes les rayons se vident un peu plus vite et donc nous on livre plus vite et on re-remplit plus vite. Mais nos entrepôts sont pleins et nos commandes auprès des fournisseurs fonctionnent normalement. Donc il n'y a pas d'inquiétude dans les jours qui viennent de pénurie". Le dirigeant constate néanmoins une "rupture sèche" pour les gels hydroalcooliques.

Tout comme, "il n'est pas absolument pas question" de mettre en place pour les clients des restrictions sur tel ou tel produit. Car, "on a l'approvisionnement", explique Dominique Schelcher.

"C'est là qu'on peut dire qu'on a la chance en France d'avoir un approvisionnement extrêmement français dans l'alimentaire. Les grandes usines agroalimentaires, elles sont en France. L'essentiel de notre approvisionnement est français. Je pense que certains pays vont commencer à parler de contingentement parce qu'ils sont dépendants d'importations extérieures et c'est le cas de l'Angleterre, ce n'est pas le cas de la France", détaille-t-il. Au-delà du coronavirus, cela souligne "l'importance de continuer à avoir une industrie agro-alimentaire et une agriculture française forte pour assurer la production".

Mais il vaut mieux prévenir que guérir et le distributeur précise qu'il applique le contingentement de livraisons pour ses magasins. "si un magasin nous commande par exemple beaucoup plus de conserves de légumes qu'il ne faut, nous mêmes allons limiter, de sorte à pouvoir livrer tous les magasins. Il y a une forme de restriction chez nous pour pouvoir livrer tous les magasins".

Olivier Chicheportiche