BFM Business

Des pharmacies ouvertes 24h/24 veulent aussi travailler le dimanche

Plusieurs officines ouvertes 24h/24 se constituent en association pour obtenir le droit d’ouvrir aussi le dimanche et les jours fériés.

Plusieurs officines ouvertes 24h/24 se constituent en association pour obtenir le droit d’ouvrir aussi le dimanche et les jours fériés. - Philippe Desmazes-AFP

Déjà ouvertes nuit et jour en continu du lundi au samedi, des pharmacies urbaines souhaitent être autorisées à ouvrir le dimanche, jour dévolu aux officines de garde. Les syndicats de pharmaciens n'y sont pas favorables.

Des pharmacies ouvertes en 24/7, y compris le dimanche comme les urgences d'un hôpital? C'est la volonté affichée par une poignée d'officines déjà ouvertes en 24/6 (du lundi au samedi) réunies dans l'Union des pharmacies 24/24 nouvellement créée. Installées dans les grandes villes, elles réclament de pouvoir ajouter le dimanche à leurs jours d'ouverture.

"Ouvertes tous les dimanches, ces pharmacies par leur expérience du 24/24, représenteraient une soupape de sécurité pour les pharmacies de garde désignées et apporteraient un réel service aux usagers, médecins, commissariats... tout en participant à l'animation de la vie locale", affirme un communiqué de cette association cité par le Moniteur des pharmacies.

Leur revendication vise à faire le sauter le verrou juridique qui leur interdit d'ouvrir le dimanche. Par arrêté préfectoral, cette interdiction s'applique aux pharmacies qui ne sont pas désignées de garde, sur la base de l'article L5125-22 du Code de la santé publique.

Une situation qui diffère selon les départements

Mais la situation diffère selon les départements, cette interdiction, prise au nom de l'organisation du service de garde, dépendant du bon vouloir du préfet ou de l'autorité régionale de santé compétente sur la zone considérée.

Les officines aux heures d'ouverture traditionnelles, soumises aux contraintes des gardes dominicales, voient d'un mauvais oeil l'irruption de la concurrence de ces pharmacies.

"Ces gens sont dans le business! Nous avons l'obligation légale d'organiser les gardes dans chaque département et les pharmaciens sont tenus de les assurer. Alors, si c'est juste pour travailler quelques heures quand c'est intéressant, c'est non!" réagit Gilles Bonnefond, président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine dans Le Parisien.

Faut-il inclure les pharmacies 24h/24 dans le système de garde le dimanche des pharmacies traditionnelles ou les laisser ouvrir au cas par cas, comme un service complémentaire des officines de garde? La balle est en partie dans le camp des pouvoirs publics et des préfectures.

Frédéric Bergé